© 2015 par les Old Blag's créé avec Wix.com

ENTRAINEMENT A LA TOUR LE 6 AVRIL 2018

" En avril , ne te découvre pas d'un fil ! ". Pas toujours, car ce vendredi, certains d'entre nous ont vu s'afficher 28°C en remontant dans leurs voitures. C'est aussi le premier jour des vacances de Pâques pour  notre  zone A  d'où les embouteillages et l'arrivée au compte gouttes des OB au stade. Nous sommes quand même 13 sur le terrain avec Micka, toujours convalescent et finalement , ce n'est pas si mal, étant donné les circonstances. Je me demande quand même si Coach Lorenzo ne cache pas , derrière son poste d'entrepreneur, une carrière d'enseignant dans le public puisqu'il est toujours absent pendant les vacances scolaires.  Allez vérifier sur les doodles !!! A mon avis, son entreprise n' est qu'une couverture. Il est en fait à tiers-temps prof d'éducation physique , d'Italien et d'éducation sexuelle dans un internat pour jeunes filles à Saint Just. Oui, je sais, "Le prof d'Italien dans le lycée des pucelles", ça fait très film pour adultes des 70's ou 80's avec Brigitte Lahaie ou Rocco Siffredi !!! Mais, je suis sûr, que ce n'est pas pour lui déplaire. 
Après quelques allers retours de "vagues", nous enchaînons par un "football australien". Pour des raisons qui me restent encore obscures, j'ai revêtu ce jour-ci le Violet Cagolin, mais cela ne sert à rien, car je suis affublé de la Jaune Chasuble. 
Un bon quart d'heure de gainage et d'étirement, histoire de ne pas casser la mécanique et nous voilà chauds pour un "touché lactique" ! (cf comptes rendus précédents).  Aux vues de nos en-avants, peu d'entre nous ont dû "chasser les oeufs" à Pâques et paraissent bien embarrassés et maladroits avec ce ballon à la forme ovoïde. C 'est presque du handi-sport avec des passes à l'aveugle ... à l'homme invisible , des bras trop courts ou des ventres trop ronds pour récupérer des ballons dans les chaussettes. En parlant d'habillement, ce n'est pas un Cagolin qu'il faudrait ce soir , mais toute une garde-robes avec différentes tailles tant il y a de candidats ! Nous passons à du jeu réel, 6 contre 6, espérant qu'on sera meilleurs en se rentrant dedans. Que nenni ! Même Micka refuse que son nom soit associé à un tel fiasco et préfère ne pas nous arbitrer et rester au bord de la touche, rejoint bientôt par, Benoît, en tenue de ville, qui est de bouffe ce soir.  Du coin de l'oeil, je les soupçonne de s'ennuyer fermes à nous voir si mauvais. Seule éclairice : les passes au ras de Taï  pour Lotus qui perce plein fer et marque deux beaux essais. A refaire en match ! Voyant qu'on n' aura pas mieux ce soir, nous préférons rire de nos maladresses collectives et savons que nous serons bien meilleurs à table et autour d'un verre. 

"Rémi est ce soir de bouffe avec Benoît". Non, il ne s'agit pas du titre d'un film gore de série Z . Les plus anciens d'entre nous qui se rappellent du "Beurk"  se disent qu'après  nos "exploits"  sur le terrain, on va continuer dans le "bizarre". Il est vrai que Rémi , finaliste l'an dernier de "Top Beurk" sur la chaîne anglaise " What is that ?" avec son plat " Amidon mon amour"  ne rassure pas tous les fines gueules que sont les OB. En entrée,  salade verte et tomates préparée par Benoît qui , sans GPS, ne sait toujours pas où est sa cuisine chez lui . Premières remarques des OB gastronomes : " Des tomates, en avril , c'est trop tôt !!! Ca doit venir d'Espagne! " Et patati , et patata !  Tiens, d'ailleurs, notre master chef Rémi a choisi de nous préparer des pâtes à la sauce bolognaise ou au  pistou. A un moment donné, d'ailleurs, le silence se fit dans la salle quand on vit nos deux cuistots regarder anxieusement leurs casseroles... On n'était pas loin de "Cauchemar en Cuisine"  !!! Ah si seulement , Philippe Etchebest pouvait nous sauver !!!! Nous n'avions pour le moment que son crâne dégarni avec Rémi et sa barbe fournie avec Benoît ...
Aux vues de leurs chuchotements inquiets,  nous pensions, tout aussi angoissés, qu'il y avait encore une catastrophe en perspective : 
du style , pas assez d'eau dans la casserole, ou des pâtes trop cuites,... Un deuxième Beurk , quoi ! Et nous imaginions déjà la masse amidonneuse faire bloc autour de la cuillère de service. Les maitres queux Twix et RV étaient déjà au bord de l'apoplexie , pendant que d'autres, regardaient déjà fébrilement à quelle heure fermait "les 3 Brasseurs", histoire de ne pas rentrer à la maison le ventre vide. 
Finalement, ô miracle, les pâtes étaient al dente et les proportions fort généreuses. Et nous avons pu nous alimenter fort correctement. Cet exploit culinaire ne permit pourtant pas à Rémi d'échapper à la remise du Cagolin. Il est vrai que beaucoup d'autres auraient pu l'obtenir, mais comme c'est lui qui parle le plus sur le terrain, avec sa mauvaise foi , ce ne fut que justice !!! Fromage et très bon flan aux pommes préparée par la femme de Benoît.  Et voilà nos calories bien vite reprises !!!
Honneur et fierté à nos deux cuisiniers du soir !!!
BBSR

ENTRAINEMENT COMMUN AVEC LES "GROGNARDS DE L'ARCOL" LE 23 MARS 2018

Après une soirée retrouvailles  le 13 mars avec notre ami Thierry, Président d'Honneur des OB, et son groupe de blues/rock "Froggy Style Band" (cf ci-joint video) au Tremplin des Grosses Guitares à Messimy, nous étions nombreux à répondre favorablement au traditionnel doodle du lundi de Président Panda. Entre parenthèses, je vous recommande vivement l'écoute de KING KING, groupe dont "Froggy Style Band" reprend de nombreux titres, c'est vraiment bien !  De nombreux inscrits, disais-je, sauf que dans la semaine, mail à nouveau du Président : "Vendredi , entraînement chez les Grognards car nous n'avons plus d'eau à la Tour. "
(...)
Et depuis quand, l'eau est un problème chez les OB ????
Cela fait plus de dix ans que l'on se débrouille avec des liquides alcoolisés et à part un orphelin sans famille capillairement dégarni qui certainement par snobisme se désaltère au coca ou fanta, je vois peu d'OB pour qui la pénurie d'eau poserait un problème dans leurs gosiers assoiffés. Même après le passage  des  Globe Trottars la semaine dernière et l'opération déstockage réussie, nous avons suffisamment de réserves de nectars raffinés dans nos caves pour soutenir le siège de Daech si , par malheur, nous restions le dernier village d'irréductibles gaulois ou si la canicule frappait l'Ouest lyonnais trop tôt.  Et puis, pour la douche, franchement ! Qui aurait été dérangé de se coucher non lavé ? Pas grand nombre , ... à part nos femmes ! 
 (...)
Oui, donc , c'est une bonne raison, d'avoir trouvé une solution de repli aussi rapidement  ! J'ajoute que je connais au moins deux d'entre nous qui sont désormais des habitués des bains/douches lentillois où ils peuvent se frotter  mutuellement et amoureusement le dos  à loisir même s'il n'y a plus d'eau  à la Tour.  Dont acte. 
Nous sommes finalement six OB  parmi les premiers arrivés à Ecully. Belle surprise : les vestiaires et le club house à l'ARCOL ont bénéficié d'un bon coup de rajeunissement. Autre miracle : au son des trompettes des anges et dans un parfum d'encens , "Benoit Seiz' à l Arcol qu'on joue aujourd'hui ?", le Pape des Demis de Mêlée, nous rejoint, la barbe fleurie et le regard pétillant.  Benoît  a ce don du Ressuscité  : on se sait pas s'il vient, mais on sait qu'il est là !  
Nous nous répartissons en 4 équipes sur les deux moitiés du  terrain et évitons les fameux tours de terrain avec exercices (exténuants mais terriblement efficaces en termes de préparation physique). Nous commençons gentiment par un "touché deux mains " qui s'emballe assez rapidement. 
Que s'est-il passé dans la tête de Mathieu, sympathique pilier des Grognards, quand il a voulu aplatir ? S'est-il pris pour Tobby Arnold ou pour le fanstasque Ashton et ses fameux plongeons ? A-t-il voulu égaler Vincent Clerc et son centième essai ? Avait-il dans le crâne la célèbre chanson : "J'aurais voulu être un ailieerrr !!!!!! Et voir toute la foule m'acclameeeeeer!!!!!! " 
N'empêche qu 'on le vit s'envoler  à l'approche de la Terre Promise mais comme le Poète dans "l'Albatros" de Baudelaire : 
"Exilé sur le sol au milieu des huées, 
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher"

"Lui, le Pilier, peu habitué à marquer 
Son embonpoint et sa souplesse oubliée
le font mal retomber et sa clavicule casser. "

Tel un Zéro s'écrasant sur un porte avions japonais, alors que Mathieu n'a certainement eu dans le dos comme numéros que le 1 ou le 3, le voilà qui retombe très mal sur l'épaule, n'ayant pas voulu lâcher la précieuse gonfle. A moins que le dernier défenseur ne l'ait un peu aidé dans son élan par une claque sur les omoplates qui finalement ne s'avéra pas si amicale... Au cri de douleur de Mathieu, on comprend vite que c'est sérieux . Et le Président Seb emmène illico au bout de 10 minutes d'entraînement son camarade à la Clinique de la Sauvegarde. A nos âges avancés, l'échauffement individuel est vraiment indispensable. La liste est longue des blessés prématurément après un "touché" ou un "foot australien". J'dis ça, j'dis rien !
Mathieu nous rejoindra plus tard au repas, toujours en tenue de combat, certes un peu grimaçant, mais content d'être à table. C'est ça la confrérie des premières lignes : impossible pour eux de louper un repas avec les copains !!!
Tous réunis en cercle, on continue par un échauffement et gainage avec les traditionnelles pompes à l'américaine (en haut, en bas , au milieu). Pfff !!! Puis , étant donné que les Grognards veulent préparer leur match de la semaine prochaines contre Ternay, on sépare les avants et les trois-quarts. Etant définitivement parmi les "gros", je peux témoigner que nous travaillons les touches. Que les Grognards se rassurent, les OB ne se souviennent déjà plus de leurs annonces !!!
Nous terminons par un match des Grognards titulaires ou présents la semaine prochaine contre le Reste du Monde dont tous les OB.
On ne redira pas comme c'est plaisant de pouvoir faire un match 15 contre 15. Micka, qui,  va finir par passer son diplôme d'arbitre, prend le sifflet. Même si les Grognards jouent entre eux , il faut reconnaître que ces petits matchs de fin d'entraînement sont engagés. 
On ne se fait pas de cadeaux entre amis du même club ! Et il y aura un autre blessé parti également à la Sauvegarde ! Nous suivrons par SMS à l'apéro sa longue attente aux Urgences. Sans prétention, les OB ont participé crânement à la valeur ajoutée de ce match d'opposition de bonne tenue et nous avons tous pris beaucoup de plaisir. 
Douche vite prise et sans risque de choper des maladies cette fois-ci, nous nous dirigeons vers le club house où nous attendent pots  de Ninkasi et pizzas pour l'apéro. Nous nous mettons à table pour faire honneur à un plat ma foi très original : riz bolognaise , et saucisson brioché fait maison. Un demi-saucisson par personne , ça calme un rugbyman en fin de semaine ! Retenez la recette : vous enduisez le saucisson à cuire de moutarde, puis vous l'enveloppez d'une pâte à tarte, au four  et roule ma poule !!! On est loin du pithiviers  de Top Chef ou des plats raffinés de notre chef RV , mais ça le fait  !!! Le tout arrosé de Côte du Rhône Guigual . Plateau de fromages et dernières clémentines de la saison, histoire de ne pas avoir la bouche pâteuse en retrouvant maman ce soir. Petit intermède potache pour remettre le Gaston , petit frère de notre Cagolin, au Grognard ayant réalisé la plus grosse cagade sur le terrain ( cf photo). Evidemment, les conversations portent sur les performances du XV de France et nos anecdotes de déplacements et matchs respectifs. Nous nous échappons sans avoir oublier de remercier nos hôtes pour leur excellent  accueil et encore le très bon moment passé ensemble. 
BBSR

MATCH CONTRE LES GLOBE TROTTAR LE 9 MARS 2018

Ce soir, c'est notre Crunch !!! Nous jouons contre le "Globe Trottar Villeurbannais" (GTV), club créé en 1985 et associé au Rhône Sportif. Ils sont champions de France en titre UFAR  et  notre cellule de  motivation a commencé dès le début de semaine pour que nous soyons suffisamment nombreux afin d' affronter le must du rugby vétéran national. 
Les 2 coachs Lorenzo et Pat  sont présents dans le vestiaire . Tini , conscient qu'il faut sauver le Soldat OB , est venu aussi nous encourager. On aurait presque pu lui demander de distribuer les maillots, façon XV de France. Nous sommes juste 14  et chacun de nous sait qu'il va falloir s'y filer... Quand soudain la porte s'ouvre et une nouvelle fois dans une nuée blanche au son merveilleux des anges qui l'accompagnent, apparaît notre "Benoît Seize vous me reconnaissez ?".  Après la bénédiction du "Pape des Demis de Mêlée", nous nous relevons pour écouter l'autre sermon de Lorenzo qui nous annonce l'équipe et notre plan de jeu pour ce soir. Les plus studieux d'entre nous ont révisé tard dans la nuit nos lancements (cf entraînement précédent).  Je me permets d'ajouter une citation de Jean Pierre Rives découverte dans "Rugbyrama" le jour même : "Il faut jouer avec de l'amour dans le coeur et un clown dans la tête". C'est tout à fait les OB, ça !
Le climat et le terrain sont parfaits pour jouer au rugby. Nous avons le temps de bien nous échauffer sérieusement, ce qui est très rare, il faut bien l'avouer.  Au niveau de l'équipe, Taï passe à la pile , Rémi à l'arrière et nous innovons avec une paire de centres inédite avec Julien et Lotus. Micka, toujours convalescent, prend le sifflet. 
Le match débute et le rythme est rapide. Devant, nos adversaires du jour ont des âges respectables (comme nous !). Nous apprendrons à l'apéro qu'après leur titre national, le GTV a subi quelques défections . Quand on a atteint son Graal , la motivation s'en va. L'effectif des Globe n'est donc pas au complet. Tant mieux pour nous ! Sans fausse modestie, nous parvenons à maintenir la comparaison et parviendrons même à dérouler de beaux ballons portés. Mais derrière, c'est plus jeune et  cela va très vite , trop vite ! Ce ne sont pas des lignes arrières GTV , mais TGV !!! Et apparemment, ils n'ont pas pas vraiment envie de se mettre en grève !!!  Devant, nous ne nous relevons  pas suffisamment rapidement pour venir au soutien. Le score s'alourdit, régulièrement, irrémédiablement. A la fin du deuxième tiers temps , nous parvenons à nous rapprocher de leur ligne et après une longue et acharnée action, Rémi traverse et aplatit au milieu des poteaux. Nous ne sommes pas fanny !!! Cet essai résonne dans nos poitrines vétéranes pour toucher nos vieux coeurs essoufflés . C'est presque comme une victoire, le 14 juillet 1979 à Auckland, première victoire du XV de France contre les Blacks avec les Rives, Gallion, Aguirre, Codorniou et consors !!! C'est feux d'artifices  dans nos yeux !!!Nous ne savons pas encore que demain la France remportera le Crunch contre les Anglais, mais cet essai, fruit d'un beau travail collectif,  suffit à notre bonheur. Nous pensons d'ailleurs que le match est terminé. Mais il  y a encore un dernier tiers temps et ma foi, ce n'est pas pour nous déplaire. Même  si les Globe Trottars nous sont largement supérieurs , ils jouent dans un très bon esprit et c'est très agréable.  Le rugby est un combat et finalement , c'est quand c'est difficile que c'est bon !!! Certes, il y a eu pas mal de renvois de notre part qui  ont abouti rapidement à un essai et nous n'avons pas été irréprochables en défense, naïveté et inexpérience dans le placement  peut être , mais nous n'avons jamais baissé les bras , à l'image de notre ouvreur Fred "Lescarboura" qui prit pas mal d'autobus dans le coffre et refusa courageusement  de sortir. Bon rétablissement à tes côtes, Fred !!!
Je dois admettre mes excuses à notre organisateur de match Rémi contre qui je pestais de nous convier à un tel rendez vous.  Finalement, ce match fut très plaisant. Et même si nous repartons la prochaine fois les bras encore chargés de Samsonite ou  Delsey, je suis candidat au voyage. Surtout que les Globe Trottars furent de très bonne compagnie à table et nous aidèrent  facilement à déstocker nos cubis de vin !!! La soirée fut réussie une nouvelle fois grâce à notre rocker cuisinier RV : 
salade verte et pieds de veau , saucisson brioché en entrée, jambon rôti et mélange de céréales, piperade, desserts en farandole. 
Bref, chez les OB , c'est comme contre les Anglais , question gastronomie , c'est toujours nous qui gagnons le Crunch !!!
BBSR !!!!

ENTRAINEMENT DU 2 MARS 2018

Après une semaine folle au niveau du climat et des vacances dans les meilleurs spots que comptent les Alpes  ou les ex-colonies françaises," voici  venu le temps des rires et des crampons, des OB gentils , oui c 'est un Paradis !"
Ceux qui ont regardé Casimir et Rue Sésame auront reconnu cette joyeuse introduction  sinon #jaimoinsde40ansetjeneconnaispaslileauxenfants.
Et de la joie, il y en avait dans le vestiaire ! Tout d'abord, parce que nous étions contents de nous retrouver si nombreux après la trêve et puis aussi parce que les coachs nous avaient promis un bon repas. Personne ne croyait à un repas diététique. Il est bien loin le temps des carottes râpées  ou du  céleri rémoulade. Maintenant, on fait dans le "gastro -dynamique "!
La neige qui était tombée dans la semaine avait toute fondue (j'ai noté 14°C vendredi après midi), ce qui avait rendu le terrain bien souple mais pas boueux. Nous étions heureux comme de jeunes chamois rendus soûls par la première herbe du printemps. Et puisque je suis dans la métaphore caprine et enfantine  que dites - vous de cet extrait de  "La Chèvre de Monsieur Seguin" ? 
"La chèvre blanche, à moitié soûle, se vautrait là dedans les jambes en l'air et roulait le long des talus , pêle-mêle avec les feuilles tombées et les châtaignes...Puis, tout à coup, elle se redressait d'un bond sur ses pattes. Hop ! la voilà partie, la tête en avant , à travers les maquis et les buissières, tantôt sur un pic , tantôt au fond du ravin, là-haut, en bas , partout ... On aurait dit qu 'il y avait dix chèvres de M. Seguin dans la montagne. "
Je trouve que ça ressemble beaucoup à nos entraînements, non pas que je nous considère comme des chèvres...
Bien que je crains  que Co-coach Lorenzo le pense réellement souvent, étant donné la façon dont il  nous gueule dessus, tel M. Seguin sur Blanquette  (on y reviendra !)
Plus de 15 OB sur le pré et 3 coachs  dont  Micka, encore convalescent, comme spécialiste de la vidéo. Je pense qu 'il a dû s'arrêter de filmer plusieurs fois, ébloui par tant d'adresse et de gestuelle esthétique de notre part. D'autres ont dit  qu'il ne filmait que Taï ( il s'est vraiment passé un truc dans ce jacuzzi, on y reviendra !)
Pour plus de sûreté, nous avions également inviter une vidéaste japonaise de la NHK. En fait, il s'agissait de la compagne de Kazu, notre autre ami japonais. Venu avec une équipe nippone parisienne lors d'un des nos précédents tournois, Kazu nous fait désormais l'amitié de revenir chaque année pour un entraînement avec nous lorsqu'il est  en Europe. 
Coach Pat prit en charge le physique. En guise d'échauffement, nous commençâmes par un football australien. Certainement rouillé par les semaines d'absence, je commis plusieurs maladresses  qui provoquèrent la risée de ceux que je considérais pourtant pour des camarades. Je me souvenais alors avoir vu dans le vestiaire Lorenzo rapporter le Cagolin Violet (on y reviendra aussi !)
Quelques étirements individuels, puis en cercle pour un peu de gainage et d'assouplissement. Coach Pat eut pitié de nous et nous épargna sa "spéciale" série. Puis, Co-coach Lorenzo se chargea des "skills" sans avoir oublié de nous  rappeler que vendredi nous attendait un gros match contre les "Globe Trottars" de Villeurbanne, anciens du Rhône Sportif et de l'ASVEL, ayant remporté il y a peu le tournoi UFAR National (!!!!). Je me souviens également que lors de notre dernier tournoi UFAR GRL à la maison une bagarre générale avait été déclenchée contre les gars de Clermont  (!!!). Merci, Rémi, d'avoir organisé une telle rencontre...N'hésites pas si la Réserve de Bourgoin ou si les Espoirs du LOU cherchent des sparring partners. Si les gars n'ont plus de tables de chevet IKEA (cf précédent compte rendu), les OB sont là ! . 
Enfin, assez de défaitisme ! Comme le disait un célèbre pâtissier rugbyman : "ça va bien se passer !". Ce sera notre "crunch". Et pis, c'est tout ! 
Lorenzo nous demanda de faire 2 colonnes... Une demi-heure après, nous étions prêts. En face de nous, Coach Pat et Micka avec les boucliers. 1er exercice : percussion en prenant soin de bien se retourner après l'impact et présenter son ballon, puis à 2 : cadrages débordements. Il décida ensuite de faire des lancements de jeu vu l'échéance de la semaine prochaine. Rémi prit la commande de la mêlée et des annonces. C'est à ce moment que nous avons basculé dans la quatrième dimension. 
Etant donné la grande diffusion de cette chronique dans les milieux rugbystiques, je ne voudrais pas révéler ici le secret de nos annonces. Avec les annonces : " Une  Taï ! ", "Une  Classique! " , "Une Ras ! , "Une Pépere ! ", on se serait crû devant un camion à pizzas ou dans un restaurant asiatique , scène crédible puisqu'avec Kazu , nous avions déjà le serveur aux yeux bridés !
Alors que Co-Coach Lorenzo s'évertuait à nous inculquer dans nos cerveaux vétérans et fatigués de la semaine les bases d'une intelligence situationnelle dans le jeu, certains à voix basse disaient : 
" - Mais, moi, j'avais commandé une Quatre Saisons et une Trois Fromages
 - Moi, je préfèrerais le menu n° 21 mais sans les baguettes "
Nous nous pincions les lèvres pour ne pas éclater de rire. Le pire fut Julien qui, entendant  "Ras ! Ras ", crut qu'il fallait se mettre au ras des pâquerettes et se coucha à terre , éloignant bien son ballon...
Là, le sang de l'entraîneur ne fit qu'un tour et Lorenzo poussa une gueulante qui réveilla les corbeaux et corneilles dormant dans les bois alentours et qui s'envolèrent sous la pleine lune. Si Lorenzo était un membre des X -Men , ce serait certainement le "Hurleur". Désespéré par tant d'incompétence, il décida de continuer par un match.
En 16 ans d'OB, je pensais m'être équipé de toutes les protections nécessaires : sous-maillot, short rembourré, protège-tibias, casque,.. Je ne pensais pas qu'il me faudrait aussi jouer avec des boules QUIES. Encore sous le coup des acouphènes dus au cri du ténor italien, j'entrepris une attaque dans l'axe et  souhaitant  éviter un écran avec mon partenaire Franck, je le poussais car il était sur ma route.  - " MAIS, ME TOUCHE PAS  !!!!! T 'ES TOUJOURS ENTRAIN DE ME POUSSER !!!! TU FAIS CA , MEME EN MATCH !!!
Y EN A MARRE A LA FIN !!!!!!" Deuxième envol des corbeaux et corneilles sous la pleine lune... et fuite aux vestiaires de la photographe nippone croyant à une troisième bombe atomique.
Surpris par la réaction de Franck, je marquai un temps d'arrêt, ayant encore perdu entre 20 et 40 dB d'audition sur ce coup là.  Alors, tu vois, Franck, si tu te plains dans le Club House, que je parle fort, c'est parce que je suis à moitié sourd, à cause de toi !!!!
Après l'hilarité générale, le match reprit comme les Chasubles d'ailleurs qui remontèrent leur retard. Bon entraînement de reprise !!!
Les Globe Trottars n'ont qu'à bien se tenir !!! On les attend de pied ferme. 
A l'apéro, bière de tradition, charcuterie et cadeaux de nos invités japonais : bilboquet (cela aurait été marrant de faire un jeu à boire avec ce truc là !) et saké. Fifi, comme à son habitude, nous rejoint pour manger et nous annonce qu'il s'est blessé au ski. C'est étonnant, lui qui est si prudent et raisonnable sur les pistes ...
Je m'étonne qu'il n'est pas passé à" l'interrogatoire OB" Kazu et sa compagne. C'est dommage, car ils ont fait des progrès en français et aiment toujours autant le vin. Et là , il faut dire que Coach Patrick nous a gâté avec un bon Bordeaux et un surprenant vin d'un ami : 
Mont de Camp (près d'Uzés). Sûr ! Il va y avoir des commandes.  
Je passerai rapidement sur l'épisode pathétique de la remise du Cagolin. Profitant de l'absence de mon Président adoré Panda,  les coachs, aveuglés par la vindicte populaire, me remirent  la Bressane Tunique, m'humiliant encore plus en me disant qu'il y avait eu consensus. 
Mon chagrin fut vite consolé par le repas qui suivit. En entrée , salade d'endives pardon salade de bleu avec quelques endives car il y avait quasiment plus de fromage que de légume.  Puis , diots au vin blanc achetés chez VINCENT  à Voglans (73) et polenta. 
Je faillis écraser une larme. Il faut que je vous raconte que "VINCENT" est une adresse bien connu des Savoyards. Il s'agit d'un boulanger situé près du rond point de Villarcher sur la route qui mène au Bourget du Lac. Ancien Relais Routiers, il fait un pain au levain à se damner et à midi fait restau. Comme dit Pat, de l'ouvrier au cadre, tout le monde se retrouve chez VINCENT. Le menu est immuable. Miche de pain avec un diot , Mondeuse ou Blanc de Savoie . En dessert, miche et tomme de Savoie, voilà mon gars ! Et arr'vi , pâ ! Mon père, minotier de son état, était le fournisseur et l'ami de VINCENT Père et il m'est arrivé de nombreuses fois de livrer de la farine quand j'étais ado. Alors quand vous rentrez du ski et que vous allez vous emmerder dans les bouchons qui montent au tunnel de l'Epine, faites le détour et arrêtez-vous chez VINCENT. Vous y trouverez un pain excellent que vous pourrez garder plusieurs semaines (commandez tôt, car à 11H tout est parti). 
Bien entendu, les conversations pendant le repas  portèrent sur la soirée d'Edimbourg, la petite victoire contre les Italiens et nos chances pour le "Crunch"
En bouquet final, Lorenzo nous servit un tiramisu qu'il nous présenta à juste titre comme le meilleur d'Italie. 
"... des OB gentils, oui, c'est un Paradis !!!"

BBSR et une bonne année 2018 car le XV de France a enfin gagné !!!!

Vendredi 2 fevrier 2018

Deuxième match à la maison contre les OLD BLACK 's , mélange des feu BLACK CANUTS et des membres généralement plus jeunes de l'Ecole Vétérinaire de Marcy.  Nous sommes tout juste quinze , Twiks étant  malade ce jour là, mais Benoît  (cf les précédents comptes rendus "Je reviendrai un jour") nous fait la bonne surprise de pousser la porte du vestiaire. 
Coach Patrick, courageusement, a accepté de nous arbitrer. Merci à lui car ça n'a pas dû être évident de revivre un match contre les Black après son accident de l'an dernier. 
Vu les effectifs , nous décidons de jouer à 12. Du côté des Black, leur demi de mêlée Thomas est plus grand que moi...Devant , c'est épais . Depuis que Taï nous a rejoint , jamais je ne l'avais vu  rebondir en arrière comme ça sur ses percussions ! Derrière , c'est très jeune et gaillard . Donc logiquement , le score s'alourdit. Mais nous ne baissons pas les bras . Comme d'habitude quand nous prenons l'eau , nous gardons le ballon au chaud et réalisons même de beaux déroulés. On ressert notre placement sur les lignes arrières et notre "Teddy Thomas "Lotus marque deux fois, dont une magnifique interception. 3 tiers temps et score final : 2 - 6 . Rien à dire, très bon esprit et félicitations de notre coach. Pas de blessés, pas de pim-pom, ni de baptême d'hélicoptère cette fois-ci. Le chat noir est mangé et digéré !
Nous bénéficions à nouveau du Club House et notre talentueux chef RV est à la manoeuvre. Copieux apéro ! Et ce n'est pas fini. 
Délicate et originale entrée suivie d'un excellent civet de cerf façon bourguignonne. Assortiment de pâtisseries et voilà comment on récupère 1000 calories après en avoir perdu à peine 100 pendant le match !  Evidemment, comme le Tournoi débute ce week-end, beaucoup de débats autour des chances du XV de France de relever la tête (puisque désormais , on ne relève plus les mêlées !) et des discussions sur nos projets de voyage dans un des pays des 6 Nations. Philippe Trignat nous livre des tuyaux et quelques anecdotes chez ces foutus britanniques. La statuette "LE PLUS BEL AVANT" ayant été cassée par le Président et pas encore réparée , il faut improviser en prenant une coupe à remettre dans le large éventail du "show room" du Club House. Je ne me souviens plus qui fut l'heureux élu, on dira donc que ce fut une oeuvre collective. 
BBSR et toujours une bonne année car le XV de France n'a toujours pas perdu en 2018  ! (pas encore !)

 

PS : tout le monde avait noté l'absence ce vendredi soir de Co-coach Lorenzo parti ce week -end à Dublin avec ses anciens potes rugbymen de la région parisienne pour assister dans un pub irlandais au match France/Irlance. Joli concept que ce "contre-match" qui consiste à représenter fièrement notre chère patrie à l'étranger alors que l'équipe locale joue en France ! Forcément, les Frenchies sont rares dans les "centres culturels" que sont les  pubs . Ils suscitent la curiosité des habitants locaux. Bon moyen de parfaire son Anglais ou de se faire des amis pour la vie...  Grâce à Whatsap, Lorenzo nous fait vivre en direct  ce France/Irlande du 4 février  vu de Dublin jusqu'au dénouement final ... Ah ce foutu  Johnny qui nous "déshérita" cruellement d'une victoire  sur notre sol qui nous tendait les bras !!! Enfin, tout ceci est un autre histoire. Ce Tournoi 2018 commençait par un coup  de théâtre. La suite allait montrer qu'on n'était qu'au début de nos surprises. 
Charmés par le concept, la majorité des OB se déclara enthousiaste et favorable à un "contre-match" en 2019 à Edimbourg lors du prochain France/Ecosse. Tel Ether Unt dans "Misson Impossible" ou James Bond toujours prêt à sauver le monde et la Couronne de sa Gracieuse Majesté, "Super G.O. Lorenzo"  accepta,  à distance, le défi d'organiser notre déplacement aux portes des Highlands. Mais ce  que nous ne savions pas, c'est le professionnalisme du bonhomme qui abandonna à nouveau sa famille le week-end suivant ( peu d'entre nous le savent ) pour sauter dans un Easyjet Lyon/Edinbourg afin de jeter les premières bases d'un séjour parfait. Le  bel étalon italien ne put assister ni au "Flowers of Scotland" de Murrayfield, ni à la débâcle incompréhensible du XV de France en fin de match ... 
En revanche, grâce à son impressionnant  carnet d'adresses d'ex-banquier d'affaires, le "golden gone" put assister ce 11 février au banquet officiel de la FFR dans le très chic hôtel Balmoral d'Edimbourg et être un témoin privilégié de ce qui se passa ensuite réellement cette fameuse soirée. Ni les journalistes de "L'Equipe" ou du "Midi Olympique", ni la commission de la FFR menée par le triste sire Christian Dullin pour tirer  cette affaire au clair,  ne sont parvenus à ce jour à relater la réalité des faits. C'est un privilège, pour  nous OB, de connaître enfin la vérité sur ce nouveau "Sunday Bloody Sunday".  
Ecoutons Lorenzo nous dire ce qui s'est vraiment passé : 

" Grâce à un ami sponsor de l'équipe de France, mais qui, malade à dû se désister, j'ai pu bénéficier d' un pass pour assister aux discours d'après match dans l'hôtel des Bleus... J'étais comme un  fou. L'ambiance était fortement morose. Mais moi, j'étais aux anges, plus impressionné par les gars que par les quelques patrons du CAC 40 qui avaient fait le déplacement. Vers 21h, Bernard Laporte offre son traditionnel pot du président dans une des suites au sous-sol de l'hôtel.  Tous les joueurs sont là , ainsi que le staff 
( pour moi, l'objectif était de parler à Julien Bonnaire !) et quelques partenaires du rugby français. En tout,  une cinquantaine de personnes. 
Après la tournée de "Bernie", une autre est mise, puis deux ou trois. Il y a de la bière, mais aussi une bouteille de whisky choisie parmi les 500 variétés qui sont servies à l'hôtel ..Picamoles qui fête  ses 32 ans met également sa tournée... Je commence à me sentir de plus en plus à l'aise et j'ose aborder quelques joueurs. Finalement, les sujets de conversation sont un peu les mêmes que lors de nos repas OB... A un moment, on n'est pas loin du niveau des blagues de Fifi et Guigui. 
Mais, bon , c'est quand même un soir de défaite et quelle défaite !!! Certains joueurs  dont le capitaine Guirado,  agacés par la tournure que prend le pot ont préféré monter se coucher, frustrés. Mais d'autres veulent respecter  la tradition  du Tournoi : on sort le soir quand on est à l'étranger ... Le plus bourré des joueurs dit qu'ils ont la permission du staff pour "aller boire un verre". En fait, il a demandé au chauffeur du bus, ce con! ... Je ne sais pas si l'enquête le dira. 
Bref, vers 22h30, direction le "Tigerly", un bar-restaurant-hôtel branché, situé juste au-dessus de la boîte de nuit "Lulu", seul club ouvert le dimanche soir.  Comme j'ai bien sympathisé avec le lyonnais Félix Lambey, je suis embarqué dans l'équipée. 
On s'installe dans des canapés dans une salle au fond. Il y a les 3 jeunes" puceaux du Tournoi" : Palis , Lambey, Belleau, Macalou. Les anciens : Lamerat, Picamoles (qui a horreur de se coucher tôt en tournée !)  et les "jeunes"  Danty , Iturria et Teddy Thomas. 
Les joueurs écossais sont là  également,  fêtant leur victoire avec leurs supporteurs et supportrices (je remarque quand même quelques beaux "avions de chasse" !  Quand y a du blazer , y a de la gonzesse ! Ca chante fort ! Et c'est plutôt bon enfant. 
A un moment , ç'a peut être failli dégénérer un peu quand un mec en en kilt un peu éméché  s'est moqué de la chevelure de Thomas en le traitant de "pineapple head". Mais l'ex-biarrot est cool et tout est rentré dans l'ordre.  
Picamoles donne sa carte et son code à Lambey  : "Toi, le puceau, va nous chercher à boire !" La bonne nouvelle de  cette soirée, c'est que  le barman sri-lankais n'y connaissant rien au rugby a cru que le grand roux faisait  partie de l'équipe écossaise et a pu ainsi faire plusieurs allers-retours sans rien débourser.  Le basque Iturria commence à chanter la" Pitchouli ", "Les Fêtes à Mauleon", la Pena Baiona,.. pour couvrir les "Flowers of Scotland" d'en face. Evidemment, les jeux à la con apparaissent . 
On rassemble plusieurs  tables  et on renverse plusieurs chopes de bière dessus pour glisser façon "pub de Plizz" ...  Le gagnant est celui qui glisse le plus loin. A ce jeu là, les arrières sont plus véloces et intrépides que les avants. Palis, prend un putain d'élan et accélère avant de se jeter sur la table , mais il glisse trop et tombe de la dernière table pour se fracasser au pied du zinc... Bilan : arcade sourcilière pétée... Hilarité générale !  Là , c'est vrai que la presse qui a dit qu'il s'était ouvert lors d'un jeu à boire n'a pas tord. 
Mais pour le reste, voilà ce qui s'est passé.  
Le Toulonnais Belleau, qui est tout excité par la gente féminine qui se déhanche au "Lulu"  et pas vraiment fatigué vu qu'il n'a pratiquement pas joué cet après-midi, n'arrête pas de poser des questions : 
- Dis, c'est vrai, que Basta s'est tapé une Suédoise pendant sa première tournée en Nouvelle Zélande ? 
Picamoles lui répondit : - Oui, c'est vrai, elle s'appelait Hemnes. 
Belleau   : - J'en étais sûr ! Il n' arrêtait pas de s'en vanter dans les vestiaires !
Picamoles , rigolard : - Oui, et Hemnes, tu peux la retrouver page 261 du catalogue IKEA , rubrique tables de chevet !!!!
Je ne pouvais pas m'arrêter de rire, comme les autres.  Et le rouquin Lambey continuait de ramener des  "munitions"  du bar...
Heureusement, on faisait un peu d'exercice en sortant  du "Tigerly" pour descendre au  "Lulu" où les 3 blacks du XV de France Danty , Thomas et Macalou faisaient un malheur sur le dance-floor au son d '"Earth , Wind and Fire"...Une belle écossaise n'ayant visiblement pas mis beaucoup de glaçons dans son whisky confondit le jeune natif de Sarcelles avec Omar Sy et voulut absolument faire un selfie... Le troisième ligne du Stade Français la reconduit gentiment et l'on remonta tous au "Tigerly" car il faisait trop chaud et soif chez "Lulu".
On retrouva les autres qui continuaient à boire. Lamerat lança  : "Il faut fêter l'anniversaire de Louis !" . On réveilla le Montpeliérain qui s'était assoupi dans un des canapés. 
- Dis , Louis, tu veux jouer ? 
- Mouais, à quoi ? 
- Au fakir, tu vas faire de la lévitation  !
Je ne sais plus qui l'a dit , mais j'ai entendu quelqu'un:  - Avec tout ce qu'il s'est mis depuis 21h, il touche déjà plus terre !!!
C'est vrai qu'avant de tomber dans les bras de Morphée, "King Louis" posait déjà des questions bizarres  d'éthylique du genre : 
 " -  Arthur, t'as pieds, là ?. Moi, regarde, je fais la planche !".
On installa deux chaises et entre les deux , on étendit le solide gaillard. Vu le poids de "Loulou la Tendresse", il fallut bien que tous les gars,   le portent , sauf Iturria ,  Lambey et Lamerat qui faisait le comptage. 
- Allez , Louis , à 10 , on retire les chaises et tu lévites . 1, 2, 3, 4 , 5 ....
Et à dix , JOYEUX ANNIVERSAIRE, LOULOU !!!! Et  je vis les deux deuxièmes lignes internationaux baisser leur froc et mettre leurs fesses poilues sur le visage de l'enfant du Pic Saint Loup. Un "face to face" comme on dit chez les Anglais ! Picamoles, bien réveillé  cette fois-ci , se releva, furieux,  et décocha une belle droite au Clermontois Iturria . Il faut dire  qu'en tant que Numéro 8 , je connais cette tradition des deuxièmes et premières lignes  qui, avant  un rendez-vous important , ne se lavent plus pendant une semaine, histoire de garder l'influx !!! L'odeur "Brise d'anus" de l'attelage basque et roux rendit  fou Picamoles, ce qui fit bien rire  toute l'assemblée . On rigola moins quand on constata la gravité de la blessure au nez d'Arthur. Heureusement , il y avait un médecin dans la salle qui recousit "à l'ancienne" le Basque. Je peux te dire que le whisky a bien des vertus désinfectantes. Alors, ressortir l'excuse bidon de la chute sur le rebord du lit pour expliquer le visage tuméfié après une soirée bien arrosée, je peux te dire qu'Iturria aurait pu trouver plus raisonnable et original. Facile de rentrer à l'hôtel en cachant des caméras de surveillance la blessure avec son écharpe et en relevant son col . Quant au petit mensonge le lendemain du pôte" Vaha", solidarité bien authentique et  crédible entre deuxièmes lignes et compagnons de chambrée !!! CQFD.
Si ça continue avec ces histoires de meubles cassés, les entraîneurs du Top 14 vont certainement remplacer les traditionnels sacs de placage et autres boucliers  en mousse par des armoires Askvoll ou Domb°as, histoire de mieux préparer leurs troupes aux commotions cérébrales mobilières. A quand une équipe IKEA dans le Tournoi des 7 Nations ? 
Bref, à force  de faire des allers/retours bar/boîte de nuit et d'accompagner ces Bleus qui commençaient à être bien noirs, il n'était pas loin d'1H30 du matin. Forcément, vu ce qu'on avait bu , l'un d'entre nous s'arrêta pour pisser, suivi des autres la cravate sur la tête. . Mais comme ça tournait, on s'est mis en cercle , bras dessus, bras dessous , comme sur le terrain pendant les hymnes comme au bon vieux temps du Tournoi des 5 Nations !  Je te raconte pas l'état de nos pompes quand on eut terminé ! Picamoles, revigoré par l'air frais d'Edimbourg, cria : "Tous au Lulu ! Venez, y a un taxi !". Personne ne fit la remarque qu'on était descendu jusqu'à présent à pied, enfin, à la fin plutôt à quat'pattes, il faut bien l'avouer ! L'avantage des taxis britanniques, c'est qu'ils sont hauts et grands. On monta donc tous  les neuf dans le taxi. 
-" Chez Lulu, please ! " Personne ne remarqua le sourire amusé du chauffeur du tacot et j'en profitai pour piquer un somm' réparateur. 
Réveillés par le roulement sur les pavés dans la banlieue d'Edimbourg , après environ 3/4 de route, le taxidriver nous dit : 
" Chez Lulu, it's here !'". 
Je me demandais si je rêvais ou si j'étais Rue Mercière car on descendit devant un restaurant à l'enseigne familière et prometteuse : 
"Chez la Mère Lulu - véritable bouchon lyonnais - French food and wines". A peine  un pied mis au sol, Teddy qui avait perdu son chignon , vomit dans le caniveau  ses excès de la soirée.  On poussa la porte de l'estaminet. Et là , je crus qu'on était tombé sur une sorte de Jabba féminin de Star Wars, un tablier noué autour de la taille qui lui remontait encore les seins.
- Entrez, mes petits , je vous attendais. Allez, assoyez vous y donc , je vous y ai préparé un frich'ti qui va vous requinquer.
On prit place sur les tables à napperon rouge et blanc.  Au dessus du zinc, étaient exposés des ballons  dont plusieurs Wallaby- Adidas,  , des fanions de toutes les  équipes française venues jouer en Coupe d'Europe contre le Club d'Edimbourg. A côté de celui du CA BRIVE , une photo dédicacée de Patrick Sébastien " A ma chère Lulu, avec qui je bande comme avec Fernande !!! C'est que d'lamour, putain  !". Plein de maillots du XV de France dont certains encore tachés de sang. 
Pendant que la Mère Lulu  déposait sur la table, les salades de lentille, museau et pommes de terre . Le Jurassien Lambey sauta de joie en voyant la carte des menus : 
- Dites, Madame Lulu, je pourrais avoir de la cancoillotte ? 
- Tu veux pas qu'on fasse l'amour avant ? 
- (...)
- Mais, non, je plaisante, mon poussin. Je pourrais être ta grand mère. Il est tout rouge, mon Félix le Chat ! C'est-y pas mignon, à c't âge là !
Je continuai mon regard circulaire de cet antre de la gastronomie lyonnaise et remarquai sur le mur un crucifix entourés de  2 beaux Jésus qui pendaient là, attendant d'être mangés. Pas très loin , une photo de Bocuse  avec la patronne  : "A Lulu, ma quatrième femme. Signé : Monsieur Paul". 3 calendriers des Dieux du Stade avec des messages sympas chaque mois !!!  Il serait trop long de citer tous les trophées et photos accrochés aux murs du troquet. Là, c'était Olivier Merle dont la main pourtant géante arrivait à peine à empoigner la poitrine généreuse de Lulu. Sur une autre , Dominici et Bernat Salles , complètement perdus dans ses seins ! Là , sur celle-ci,  la Mère Lulu , entourée de Chabal  et Nallet . La tenancière croisa mon regard et me dit : - Ces deux là, ce sont mes préférés. Mes 2 poulets de Bresse ! Et toi, beau brun, je ne te connais pas, je ne t'ai pas vu jouer cet après midi.  Qui es tu ? 
Je ne sais pas pourquoi, mais depuis notre déplacement à Lloret del Mar où je m'étais fait draguer par une retraitée française à l'hôtel, j'ai l'impression que j'attire les femmes passablement ménopausée.  
- Euh, moi , Madame, je suis là un peu par hasard. Je suis coach et joueur d'un club de vétérans près de Lyon. 
- A Lyon, mais t'es donc un gone !  fit-elle en s'asseyant  près de moi , après avoir apporté aux  autres camarades  tabliers de sapeur et quenelles de brochet sauce Nantua, un pot de Côte et de Morgon coincés entre les mamelles. Tu vois bien l'image ! 
Pendant que la bleusaille se ravitaillait, la Mère Lulu me fit la conversation. 
Née en 1937 à L'Arbresle  d'une nombreuse famille d'éleveurs porcins,  son véritable prénom était Lucienne.  Elle avait gardé le petit Jean Michel Aulas enfant, mais jurait que c'était son seul contact avec le ballon rond, préférant les rugbymen, qui,  eux au moins , en ont dans le pantalon , confiait-elle.  Suite à l'assassinat pendant la guerre de ses parents par Klaus Barbie car ils avaient caché des résistants, elle avait dû quitter la ferme familiale pour gagner sa vie sur Lyon. D'abord à la plonge, puis  au service et en cuisine dans différents restaurants des environs. Plusieurs années chez les parents de Paul Bocuse, et surtout chez les mères lyonnaises : la Mère Brazier , la Mère Léa... Ces bonnes femmes le furent réellement littéralement avec la petite Lucienne, car elles l'aidèrent quand elle voulut se mettre à son compte à la Guille, puis au Pont Pasteur, pas loin des anciennes Halles de Lyon. Des années de bonheur car l'emplacement était bon. Vint le mari, les enfants qu'on attendait mais qui ne viendront pas... "Chez la Mère Lulu" , la même enseigne que celle qui éclairait aujourd'hui cette rue étroite du faubourg écossais. On peut être mère et avoir l'instinct maternel  sans avoir d'enfants. Et généreuse, elle l'était  apparemment , Lucienne. Avec les clients dont beaucoup oubliaient de payer et son mari , un bon à rien , qui lui , par contre n'oubliait pas de boire et d'aller aux filles avec l'argent de la caisse... Et si Lulu lui faisait des remarques , alors les coups tombaient. Un jour, l'ivrogne ne revint pas. Et Lulu découvrit que beaucoup de fournisseurs réclamaient leur dû, elle comprit alors l'ampleur du désastre. Avec le transfert des Halles à Corbas, les affaires allaient mal. Elle mit tout ce qu'elle put garder, c'est à dire, pas grand chose au garde-meubles.  Un jeune déménageur des Chères qui débutait dans le métier et adorait sa cuisine  lui fit le transfert gratos  de ce que les huissiers n'avaient par pris. Et avec le fruit de la vente aux enchères de son" piano de cuisine ", du four et des frigos, elle acheta une estafette pour gagner sa vie, comme lui avait conseillé ses copines, du Quai Perrache, qu 'elle avait souvent dépannées et réconfortées.  La Mère Lulu m'expédia rapidement sa vie sur le trottoir, mais je compris que sa décision fut longue à  prendre. Quand on est une brave fille de la campagne, on ne choisit pas vraiment facilement de faire le tapin pendant 20 ans  dans une estafette Renault qui put la sueur ,  le parfum bon marché et autre chose.  Puis, me dit-elle, je fus victime de ce qu'elle appelait la "mondialisation"avec l'arrivée des  Africaines et des filles de l'Est, cassant les prix et apportant aussi la violence avec leurs souteneurs. Avec l'âge, le commerce de Lulu devient de moins en moins rentable. Et elle finit par céder à la proposition d 'un de ses "réguliers", James O'Connor, chauffeur écossais routier TIR , qui ne manquait pas de s'arrêter chaque fois qu'il descendait vers l'Italie. James était tombé amoureux de la cuisine de Lulu et elle n'était pas insensible à ses tatouages. Alors, lorsque James lui  dit que sa veille mère qui tenait un pub à Edimbourg venait de mourir et que la place était à prendre, Lulu prit sa décision rapidement. 
La Mère Lulu quitta à 50 ans la Cité des Gaules et la brume de Confluence pour le fog écossais et une nouvelle aventure , en traversant la Manche puis l'Angleterre avec sa camionnette. 
Quand je vois comment jouent désormais les Ecossais, je me demande si elle n'a pas pris  également  dans son fourgon notre "French  Flair"...Enfin, ça, c'est une autre histoire. 
A la suite de l'accident mortel de James sur une  route en Turquie,   elle était devenue désormais l'unique patronne des lieux. 
Je lui demandais comment elle avait pu se faire connaître du monde du rugby, elle me répondit :
- Tu sais , mes spécialités ne sont pas que culinaires, Edimbourg  est une petite ville et tout se sait très vite par le bouche à l'oreille ou le bouche à  (...) si tu vois ce que je veux dire , fit-elle en posant ses doigts boudinés sur mon genoux ... 
Je me levai aussitôt...
- Bon , les gars ! Il est 2h30 du matin. Il commence à se faire tôt. Il faut qu'on rentre à l'hôtel.
- Mais , on n' a pas eu notre dessert !!! protestèrent les avants
- C'est pas grave, on mangera le dessert dans vos chambres. Allez, mes biquets , je vous ramène au Balmoral  dans ma camionnette.
Tenez, mettez-y tout dans le cabat !!!
Et nous voilà repartis dans le camion, brinqueballés  par la Mère Lulu qui avait passé son permis en 1967. Au sol, trainaient encore des vieux PLAYBOYS et NEWLOOK qui intéressèrent fortement Belleau et Danty pendant tout le trajet. Pendant que les autres, Iturria , en tête, reprenaient les chants adaptés : 
- Quand la Mère Lulu va au marché (bis)
Elle n'y va jamais sans son panier (bis)
Et elle s'en va le long de la Saône et du Rhône 
Tortillant  du cul, des fesses et du derrière.
etc, etc
A peine arrivés au parking de l'hôtel , Teddy Thomas mit un pied à terre et rejeta tout son manger et son boire une nouvelle fois sur la terre écossaise. Quel gachis !
J'essayai tant bien que mal de calmer mes festayre car je n'avais vraiment pas envie de tomber sur Bernard Laporte dans les couloirs. 
Comme Lulu ne rentrait pas dans l'ascenseur, Picamoles, Lambey , Iturria et Camalou la portèrent dans les escaliers pendant que nous autres , nous poussions dans les virages pour que saturne ( pardon , pour que ça tourne !). Enfin, arrivés à la chambre de Picamoles, on jeta  la Mère Lulu sur le lit.  C'est finalement le seul mobilier qui fut cassé dans cette soirée. Thomas, un peu fatigué et les cheveux en pétard, partit se coucher. On le revit 10 minutes plus tard   :  - J'ai faim ! alors que nous dégustions cervelle de canut, St Marcellin, mousse au chocolat et île flottante. Personne ne remarqua, sauf moi, que l'ailier du Racing pianotait fébrilement sur son portable.
 "Je suis avec des potes . Lulu nous sert des faisselles pour faire  des cervelles de canut !"
Et voilà, comment à cause d'erreurs de frappe avec ces foutus  correcteurs sur les smart phones (n'est -ce pas, Taï ? ) , on put lire sur les réseaux sociaux  le message de Thomas  trafiqué :
" Je suis avec des putes. Au Lulu, les serveuses vont avoir des fessées et chaud au cul ! ".
C'est lamentable de ne pas faire la différence entre faisselle et fessée ! 
Finalement fatigué, je quittai au petit matin mes fêtards internationaux pour regagner à pied mon hôtel, me demandant pendant tout le trajet si je n'avais pas rêvé... Lundi matin,  en apprenant que l'avion des Bleus était bloqué et que mes camarades étaient écoutés par la police, je compris que c'était plutôt un cauchemar. 
Enfin, la morale de l'histoire, c'est que j'ai déjà trouvé le resto quand on ira en Ecosse !

 

 

Vendredi du 19 janvier 2018

Premier match à la maison  en 2018 !!! Ce soir, nous jouons contre les "DIOTS DU STADE" de Chaponnay. Nous nous apprécions particulièrement (quand ils ne gardent pas plus de 2 ans notre Cagolin , mais ça, c'est une autre histoire !) et nous  nous rencontrons au moins 2 fois dans la saison. Nous avons fait équipe commune lors d'un tournoi automnal UFAR GRL à Ternay, c'est dire si nous partageons les mêmes valeurs.  De mémoire d'OB, notre compteur de victoires est  plutôt en notre faveur, mais ces derniers temps, nous avons subi de lourdes défaites contre eux. Autre point commun avec nous : mêmes s'ils bénéficient de l'excellent stade du Comité des Lyonnais, ils  ne sont pas affiliés réellement à un club sénior, pourvoyeur de nouveaux "anciens" joueurs voulant continuer  de "toucher le cuir". Et donc, ils subissent comme nous des cycles... Et cette saison, c'est un cycle bas. Bien en avance à la Tour, ils s'excusent de n'être que 12. Leur pack est constitué en grande partie de "Quinquas" que nous connaissons bien. Pas de souci, nous leur prêtons les joueurs nécessaires dont Panda. Le temps est idéal, comme le terrain. Les "Diots" n'en reviennent d'ailleurs pas, se souvenant du champ de boue ou sablonneux des précédentes années.  Micka, blessé, prend pour la première fois le sifflet d'arbitre, tâche dont il se débrouillera fort bien pour un "vétéran" ayant débuté le rugby en septembre. 
 Coup d'envoi... Lorenzo, qui reprend le rugby, après une longue convalescence  articulaire, est " en feu" , tout comme Taï, dont les départs et les retours intérieurs font des ravages...Devant, nous comprenons vite que nos compères sont peut être plus lourds , et sauf notre respect , plus vieux que nous. Il faut donc les faire courir. Derrière, ils font beaucoup d'en avants et des espaces se créent...
Lorenzo marque le premier essai, suivi de Fifi et Lotus.  A la mi-temps , Lotus passe chez les "Diots" et marquera à nouveau. 
Score final : 4 à 1  je crois. Il me semble avoir entendu des félicitations  de Co-coach Lorenzo . Nous ne serons pas fanny en 2018. Mais le principal , c'est que nous nous sommes tous bien amusés, toujours dans un excellent esprit...et la soirée n'est pas finie. Petite anecdote : je crois qu'on n'a pas fait une seule touche, c'est dire la qualité de la dernière passe !
Comme le Club House a été réservé par une autre  association souhaitant tirer les rois, nous nous rendons tous  au LOMBARDI's CAFE sur la place du marché à la Tour. L'accueil est jeune, féminin et ma foi je crois un peu inquiet au début , se demandant comment la soirée va finir avec ces énergumènes de rugbymen... Mais, nous savons bien nous tenir, sachant que la troisième mi-temps se joue aussi à la Tour  à deux pas de la Mairie.   Nos charmantes  hôtesses n'arrêtent pas de servir la bière corse ambrée "PIETRA" (plusieurs fûts seront nécessaires !) et il leur faudra à plusieurs reprises chercher en réserve des cartons de verres à bière... 
Sauf erreur, en entrée : salade verte et pâté de campagne, émincé de volaille et  pâtes , fondant au chocolat pour conclure.
Petit interlude   pour remercier nos partenaires de jeu et remettre la statuette du "plus bel en avant" chez les OB ... Beaucoup de candidats à la récompense  de la coordination psychomotrice hasardeuse ou aux bras pas assez longs...And the winner is ... Lorenzo qui a beaucoup marqué et aussi beaucoup "glouché" ...Une hola de satisfaction pour rendre hommage  au Chef Cuisinier   qui nous a régalé !!! 
BBSR. On reviendra au "Café des Lombards" de la Tour (cf photo)... et toujours une bonne année car le XV de France n'a toujours pas perdu en 2018. 
M'étant rapidement éclipsé, plusieurs camarades continuèrent au bar et finalement d 'après la photo ci-jointe envoyée anonymement par un reporter gay- friendly au plus près de l'action , l'"after" se prolongea tard dans la nuit dans les backrooms et saunas lentillois mal famés. Comme quoi, un doigt, ça rapproche toujours...

 

Entrainement du 12 JANVIER 2018

Beau temps pour jouer au rugby. Dans les vestiaires, Fifi, venu avec son fiston Théophile, qui a loupé son entrainement avec les U18 de l'Arbresle, veut lui refiler le Cagolin. Quelle honte d'user ainsi de son autorité paternelle !!! Heureusement, nous ne laissons pas passer cette parjure et Fifi revêt "the Purple Jersey" mais pas le short (faut quand même pas pousser !). La cure de minceur n'a pas fait des miracles.
Après un bon échauffement et des mises en places menées par Co-coach  Lorenzo , nous enchainons par un petit match et avec le jeune Théo , ça va beaucoup plus vite !!!! Pas de blessés  (en tous cas , pensions-nous à ce moment-là). Sur la touche, Fred , Pep's,  blessés et Président Panda, tous trois revenus des Voeux du Maire de la Tour, admirent notre élégante gestuelle rugbystique et  notre intelligence situationnelle. Après la cérémonie des Voeux du Maire et son généreux verre de l'amitié,   nos trois compères sont allés "négocier" notre prochain repas de la semaine prochaine au LOMBARDI's CAFE près de la place des Halles à la Tour. Si je compte bien,  cela fera  pour eux trois apéros dans la soirée avant de passer à table. Bien joué , les gars ! Beau programme de récupération ! Sur le pré,  de beaux essais , mais aussi de belles glouches qui vaudront à Lorenzo de récupérer le Cagolin. Nous avons pu répété nos gammes , avec des "classiques", des "Pepere" et autres combinaisons qui demeureront secrètes de peur que nos futurs adversaires ne nous espionnent et découvrent toute l'intelligence de notre stratégie. 
Sous la douche, Taï , en voyant comment est "équipé" Théophile , lui demande s'il est bien le fils de son père... "Tel père, tel fils" Pas toujours! Et  la nature fait  bien ce qu' elle veut !!! Et si elle veut être généreuse , elle est généreuse avec qui elle veut...En tous cas, s'il y a bien un point où le père et le fils se retrouvent bien , c'est la bouffe ! Fifi m'a avoué que certains mercredis soirs quand il va chercher Théo après son entraînement de rugby , ils ont tellement faim tous les deux, qu'ils s'arrêtent prendre un kebab ou un McDo avant de rentrer dîner chez maman.  C'est quand même terrible la malnutrition dans l'Ouest lyonnais ! ACTION CONTRE LA FAIM a encore du pain sur la planche...
Après les Restos du Coeur, il faudrait quand même qu'on lance un "fifi AID" ... 
"Loin du coeur, loin des yeux, 
De nos villes, de nos banlieues, 
Les M.... meurent peu à peu
Peu à peu
Rien qu'une andouillette ou deux
Un kebab ou un Big Mac
C'est beaucoup et c'est bien peu
C'est bien peu "
Je suis sûr qu'il y aurait du monde pour donner et vider son garde-manger...
Franck a apporté quelques lyonnaiseries pour l'apéro ainsi qu' une excellente  et copieuse choucroute  qui aurait rassasié un bataillon d'Alsaciens.  Vin blanc et Saint Joseph pour faire glisser le choux et tout de suite le niveau sonore des discussions monte. On parle  bien sûr de l'éviction de Guy Novès et de son remplacement par Jacques Brunel...
Le petit nouveau Théophile, encore junior et espérons-le futur OB, est ravi de participer. A l'aise à l'oral ( il a gagné le concours d'éloquence de son lycée ! ) , il ne se fait pas prier pour répondre à nos rituelles questions. C'est bien de voir un ado qui peut faire d'autres phrases que "J'ai faim !" (quoique !), "Y a du wifi ? " , " Je veux un nouveau portable "ou "Ca me saoûle !"Petit message personnel en passant...
Le repas se termine avec les traditionnelles galettes apportées par notre Président Panda. Le Roi, la Reine et le Petit Prince (cf photos) feraient une magnifique couverture pour "POINT DE VUE - IMAGE DU MONDE". A moins que cette photo des Trois Rois Mages  ne soit pour "TETU" , le magazine des hommes pour les hommes qui se savonnent sous la douche  ou qui se cartonnent sous la couche (nous verrons ça plus tard...)
BBSR et une bonne année car le XV de France n'a toujours pas perdu en 2018 !!!!
PS : Samedi, Micka qui n'a trop rien dit de la soirée, nous informe qu'il sort de l'hôpital et qu'il a une fracture au doigt (cf photo) suite à un placage  contre Taï. 3 semaines d'arrêt. Et m... ! Bon courage. 

 

 

 

Entrainement du 5 JANVIER 2018

Premier entraînement de l'année 2018. Nous sommes pile 10  à rechausser les crampons et à se demander pourquoi nos maillots ont rétréci depuis les fêtes d'année de 2017... Seul Twiks arrive à enfiler le Cagolin Violet et exploit rarement vu chez les OB,  également le short !!! Pour s'échauffer, nous commençons par les traditionnelles vagues de passes. Comme Coach Pat et Co-Coach Lorenzo sont absents, je propose de continuer le footing avec la "zone commando" où nous enchaînons les montées de genoux, les talons aux fesses, les courses de côté, en arrière, les séries de pompes, abdos, ... On commence à être chaud. On continue par des étirements puis un bon quart d'heure de gainage qui me vaudront quelques commentaires ..."C'est pas parce que tu veux perdre du poids, qu'il faut torturer les autres ! ". Monde cruel ! Comme nous ne sommes pas nombreux et que c'est la reprise et qu'on ne veut pas se blesser,  on innove avec un entraînement chopé sur le site web de la FFR pour le rugby à 7: le "touché lactique". On joue sur un demi-terrain dans le sens de la largeur. 5 contre 5, ça laisse des espaces ! Le joueur touché doit poser le ballon et se replacer rapidement  pendant qu'un de ses partenaires effectue la remise en jeu. Le jeu est dynamique et ma foi très plaisant, mais aussi très exigeant au niveau  physique.  On court sans arrêt. A la pause buvette, on comprend pourquoi ce jeu s'appelle "touché lactique". Il demande beaucoup d'effort, donc on produit beaucoup d'acide lactique, même dans nos muscles vétérans. Quelqu'un dit que nous sommes les "Gars lactiques" ! Ce serait d'ailleurs un chouette nom pour une équipe folklo. Après s'être bien amusés, nous rentrons pour la douche toujours aussi chaude et agréable en 2018. Ludo et Twiks  sont de bouffe et l'on sait que l'on ne va pas encore perdre du poids ce soir! Après une copieuse et généreuse salade d'endives variée, préparée avec amour par Ludo, Twiks a commandé du poulet rôti accompagné de pommes de terres délicieusement cuites. Un demi-poulet par OB et une livre de patates, ça calme la faim ! Je sais que ma balance va encore faire la gueule samedi matin. Avant  23h, nous avons le plaisir de voir débarquer Sylvie et Fifi , qui ont vu en amoureux  un spectacle à Lyon. Tout le monde sait que Philou a fait une cure minceur sous les cocotiers pendant les vacances de Noël. Une cure de minceur, je n'arrive pas à croire ce que j'écris... Est-ce par avarice qu'il préfère la cantine des OB que de payer un romantique repas aux chandelles à son épouse ? Ou par crainte que Sylvie ne lui impose des légumes cuits à l'eau avec du tofu ? Comme nous avons une nouvelle venue à notre table, Sylvie a droit aux traditionnelles questions  : passé rugbystique, orientation sexuelle... Et son mari n'est pas le dernier à l'interroger. Lui qui normalement à cette heure-ci est déjà nu sur la table, le slip sur la tête, essayant désespérément  de se rappeler la chute de la blague que lui a racontée Guillaume dans la voiture en venant au stade. La présence féminine a du bon. Et nous adoptons nos sujets de conversation : les crèmes amincissantes sont elles vraiment efficaces sur la cellulite ? Vaut-il mieux acheter l'autocuiseur MAGIMIX ou celui de SEB ? Guillaume MUSSO a-t-il plus de talent que Marc LEVY ? Quel est le meilleur passage de "50 Nuances de Grey"  ?  Les fiches cuisines de "MARIE CLAIRE" sont elles plus faciles à réaliser que celle de "FEMME ACTUELLE"?  Comme tous ces sujets mobilisaient trop notre intellect et nous donnaient la migraine, l'interlude de la remise du Cagolin fut la bienvenue. Et chez les OB, on préfère finalement "50 Nuances de Gras ". Pep 's récupéra la violette tunique ...on ne sait pas trop pourquoi , mais on verra à la fin de la soirée qu'il y a une justice. Puis, comme dimanche c'était l'Epiphanie, furent posées sur la table, les premières galettes fourrées à la frangipane. Micka qui trouva la fève fut le premier Roi de la Franche Maçonnerie  ( voir photo). Twiks, pour finir le repas, nous sortit une poire de derrière les fagots. Comment dire... Etait ce le même breuvage que dans les "Bronzés font du ski" ? Pourtant, je n'ai pas vu de crapaud dans la bouteille. Peut être déjà dissous vu le taux d'alcool . Quelques courageux parmi nous goutèrent à cette gnôle  et ainsi firent l'économie du brossage de dents quelques heures plus tard, à moins que les chicots tombèrent tous seuls dans le lavabo...  Fifi , pour un en- avant de son verre renversé à table,  récupéra, malgré ses protestations,  le Cagolin pour la semaine prochaine... Rappelons que le Cagolin Violet est initialement prévu pour le dernier arrivé. Donc logique respectée. 
BBSR et une bonne année car le XV n'a toujours pas perdu en 2018 !!!
PS : à minuit SMS pour savoir qui était parti en oubliant son sac au Club House : TWIKS !!!! Certainement les premiers ravages de la poire sur les neurones. Cagolin jusqu'au bout de la nuit !

 

 

 

ENTRAINEMENT DU 27 OCTOBRE 2017


En ce dernier entraînement d'Octobre Rose, l'ambiance était de la même couleur. Même si nos coachs profitaient de congés bien mérités. Va donc pour l'autogestion !  Passes à 4 ou 5 sur la longueur du terrain en guise d'échauffement. Puis, foot australien pour continuer. Etirements et gainage avec un 360° réalisé par tout le monde sans trop de grognement. Touché, Tenu, puis jeu "à balles réelles" à 7 contre 7. Panda, la cheville encore fragile, prit la charge de l'arbitrage et sans bouger de là où  on l'avait posé attendit patiemment que le jeu revienne vers lui pour siffler ce qu'il pensait avoir vu... On sait que les dentiers sont obligatoires sur le terrain, mais il faudrait que les sonotones le soient aussi en rugby vétéran. Car quand on dit que l'on joue maintenant "à balles réelles", c'est à dire qu'on peut plaquer, il ne faut pas confondre avec " à boules réelles". Les voyelles sont différentes et je peux vous assurer que ça change tout.  Ayant compris que tout était permis " à boules réelles", Franck, toujours aussi vaillant et expert en médailles et horlogerie, m'agrippa à pleines mains les bijoux de famille...Je fais une pause en mémoire des enfants que je n'aurai plus... Le jeu put reprendre après que j'ai reconstitué mon costume 3 pièces disséminé sur le pré. Sportivement parlant, on vit de belles actions, avec d'efficaces "offloads". A noter la constante progression de notre benjamin Micka.
Impatients et affamés, nous nous hâtâmes vers le Club House où nous attendait une petite fête. En effet, ce soir, nous fêtâmes les 43 printemps de Président Panda. Nous avions décidé de faire simple. Pendant l'apéro, Patato Valdez et ses 430 musiciens mexicains assurèrent l'ambiance musicale. Et pour assurer, ils assurent... Y paraît que le lendemain deux magasins Amplifon et Audika ouvrirent à la Tour de Salvagny accompagnés d'une agence de la GMF et d'AXA SANTE. Panda avait prévu en entrée une salade avec du thon et fromage, puis un excellent cassoulet à la mode du Breuil. L'histoire ne dit pas  qui fut victime de météorisme le lendemain  ( vous chercherez dans le dictionnaire la définition de météorisme, cela ne veut pas dire lâcher des météorites  sur son slip ! quoique !  ). 
De notre côté, nous avions prévu une autre petite surprise. Profitant de la présence du Cirque MEDRANO dans notre bonne ville de Lyon,  clowns et jongleurs agrémentèrent nos agapes. Ce qui n'était pas prévu dans le  contrat, c'est qu'ils viennent avec  leurs 4 éléphants de 4,3 tonnes chacun + les 3 girafes de 4 m de haut et que cette animalerie paisse sur notre pré...Je ne suis pas volontaire pour expliquer à la Mairie qu'après les gitans protestants de juin 2016,  le terrain a été à nouveau détérioré par des animaux saltimbanques. Si elle avait su cela, pas sûr que la Mairie ait dit OK pour financer le  feu d'artifice de 43 min en l'honneur du meilleur Président des Associations de la Tour.  Ce fut un magnifique "son et lumières" , enfin surtout "lumières" car après Patato Valdez et son orchestre, à cause des acouphènes, on n'entendit pas trop les pétarades...Puis, notre pâtissier Hervé  aidé de 4 OB apporta l'énorme gâteau surmonté de 43 bougies  et de petits pandas en meringue et chocolat. Panda prit son souffle et là, ce fut le bouquet final : du gâteau, jaillit  une magnifique Marylin, tout de blanc vêtue, gants et cuissardes très hautes, qui entonna un sensuel "Happy Birthday, Mister President !". Poupoupidou !!!
En fait, il s'agissait d'une étudiante lituanienne de l'école vétérinaire voisine (dommage que Fifi soit absent ce soir-là!). Heureusement que le défribillateur était à proximité, car on redouta plusieurs arrêts cardiaques parmi les OB aux coeurs fragilisés. Panda, ému et galant, proposa de ramener la jeune fille balte qui répondait au doux nom de Vodka dans son foyer étudiant marcillois  et nous laissa le soin de ranger ce beau bordel. Le bémol de cette fantastique soirée sera financier car ces quelques animations ont fortement creusé notre budget. Donc , le week end du 11 novembre, faudra payer tous seuls vos bières ! J'allais oublier : Franck , notamment à cause de son placage mal placé, récupéra le Cagolin. BBSR.

 

 

 

 ENTRAINEMENT DU 20 OCTOBRE 2017


Température toujours aussi douce pour notre rendez-vous hebdomadaire. Comme tous les grands clubs, nous avons ce soir 3 coachs sur le pré : Coach Pat pour le physique et le gainage  (p..., c'est dur !) Coach Lorenzo pour la tactique et le  (P...., FAIS CHIER ! ) et Coach Panda pour la diététique et la  (p... de cheville !). Après l'échauffement nécessaire, nous révisons nos gammes en prévision du Tournoi UFAR. 
Bon, ça cafouille un peu et on s'énerve. Et quand on s'énerve, les OB retombent un peu dans leurs travers. Ca  discute  tout, ça pense que tout le monde est hors jeu sauf moi. Bref, à un moment donné, il y a plus d'arbitres sur le terrain que de joueurs!  Heureusement, la bonne humeur est toujours là. Douche vite prise, on file à table.  Ce sont Michel VAILLANT et Steeve WARSON (alias nos chers pilotes Franck et Stef) qui sont de tour de bouffe. En raison de son futur emménagement, Franck manque d'équipement et n'a pas pu se lancer dans la grande cuisine. On retrouve donc les classiques lyonnais : salade, saucisson à cuire et patates. Si la cochonnaille est au rendez-vous et en quantité (#Avaletonporc), les pommes de terre sont en retard ou trop en avance ! En effet, pas facile de cuire des aliments sur la paresseuse plaque électrique du club-house. Après avoir mordu dans le tubercule, chacun des commensaux  compte discrètement ses chicots (ce serait con d'avoir préservé son dentier sur le terrain et de le perdre bêtement à table !), se demandant comment et par quel trou demain matin cela va-t-il sortir (#j'aideshemoroidesetjeveuxcontinuerdavoiruneviesociale). Certains envient déjà la purée qu'on nous servira en EHPAD.  Enfin, les toujours excellents flacons de la Maison Guigal (Côte du Rhône et Côte Rotie) chassent toutes les anxiétés et amènent la gaité habituelle de nos traditionnels banquets. Délicieuses tartes en dessert . 
Sainte Hépar et Sainte Prune d'Agen, venez à notre aide... car demain, va falloir pousser !!! BBSR

 

 

 

ENTRAINEMENT DU 13 OCTOBRE 2017

Vendredi 13 , pas de superstitieux chez les OB ! Peut être un peu plus de spirituel...
En ce temps-là , le temps était encore doux , le terrain dur et les moulés nécessaires (ne cherchez pas de contrepètrie dans ces allusions uniquement météorologiques !). Nous avions tous longtemps prié. Celui qui croyait au Ciel et celui qui n'y croyait pas. Depuis le départ du preux chevalier Olivier du Polo Multicolore ("Vous me reconnaissez?") parti soigner la lèpre et le choléra dans les contrées du Val d'Ouest , nous étions comme des orphelins sans leur Mère Thérésa, comme des éléphants sans leur cornac, comme des  marins  sans leur phare, comme des aveugles sans leur canne. Craignant qu'Il ne revienne pas . Que jamais plus le lien  entre les monde des Avants et celui des Arrières ne se fasse. Comme si les Anciens ne pouvaient plus parler aux Modernes, les Classiques ne plus comprendre les Romantiques. Pourtant, la semaine dernière, une lueur d'espoir avait illuminé nos coeurs déprimés. Il était revenu comme pigiste à l'arbitrage. Puis discrètement, Il s'en était allé. Certains d'entre nous l'avaient entendu dire : "Ne craignez rien. Je serai toujours avec vous... Au foot, c'est tous des cons ! " Cela nous le savions déjà, mais peu d'entre nous avait la foi. Alors, quel miracle ce fut, en ce vendredi saint, quand dans une nuée de lumière Il  réapparut dans le vestiaire : Benoît IX, notre Pape des demis de mêlée !!! C'était bien Lui, la barbe christique et le cheveu de plus en plus rare, comme  les  moins de 40 ans à la messe de nos jours dans une église française. Certains voulurent Le toucher, mettre leurs doigts dans ses trous (bien Lui en pris, Il refusa net !). Comme Il n'avait rien, on Lui donna short, chaussettes et Cagolin. Certains se rappelaient vaguement leur catéchisme : "ce que vous donnez au plus petit d'entre vous, c'est à moi que vous le donnez."En signe de pénitence de nous avoir abandonnés ces longues années, Il revêtit lui même la tunique pourpre du Cagolin, couleur du Carême. On Lui demanda pourquoi Il était revenu jouer avec nous. Il répondit : "- Au foot, sur le terrain, ils ne font que parler. Ca me gonfle ! " "- Plus que nous ?" "- Oui !". Personne ne le crut , mais on sait bien que nul n'est prophète  en son pays. Enfin toutes ses bondieuseries commencèrent à sérieusement agacer le coach qui cria : "Bon! Alleluia !!"  pardon : " Bon ! On y va,  là !!". Sur le terrain, il faut quand même reconnaître que Benoît IX est inspiré et nous inspire. Sans vouloir offenser sa modestie, c'est très agréable de jouer avec lui. Il relance constamment et sa qualité de passe met de la vitesse dans le jeu. Bref, on se sent un peu meilleur. Nous rentrâmes aux vestiaires à genoux (dans tous les sens du terme ). En posant son maillot, nous remarquâmes des stigmates dans le dos de Franck. Un signe religieux de flagellation ou des pratiques hebdomadaires qui ne nous regardent pas ? L'intéressé répondit : "Non, c'est encore un sale coup de Twiks !". Afin que la fin de la renonciation au rugby du Pape Benoît IX soit pérennisée, de la vapeur blanche sortie des douches et il fut désigné Cagolin pour le prochain entraînement. Au club house, Denis nous avait préparé une délicieuse recette russo-brésilienne. Grand merci à Patricia !!! Saint Chinian, Bordeaux et vin de Loire firent que la nuit fut douce et le lendemain matin la bouche pâteuse. BBSR

 

 

 

ENTRAINEMENT DU 29 SEPTEMBRE 2017

Toujours aussi beau et chaud. Une constante, on garde les crampons moulés. Nouvel entraîneur : Lorenzo. 3 entraînements, 3 coachs différents. Je ne sais pas si l'on rend compte de notre chance. Merci à eux car si on passe du bon temps c'est grâce à leur préparation et à leur patience. Après trois tours de chauffe, allers retours en passe, puis étirement et léger gainage. Comme la semaine prochaine, y a match, mise en place indispensable de quelques mouvements simples. Puis, petit match 8 contre 8. A noter le bel engagement de Micka, sublimé dans sa tenue cagoline et violine et de Pep's en opposition qui tel le crabe australien Hooper arracha de nombreux ballons grâce à ses pinces.  Pat Davi en spectateur avisé n'en revint pas de notre discipline.  Puis Franck nous rejoignit  sur une patte et prit  en charge l'arbitrage alors que Lorenzo prenait la mêlée chez les chasubles. Apéro au vin blanc et au crémant de Bourgogne pour fêter l'anniversaire de Fifi et remise du Cagolin à ... Fifi !!! Pour quelle raison déjà ? Mon voisin Alzheimer ne sait plus non plus. Peu importe, Fifi, lui doit savoir. Entrée : terrines faites maison par Twiks + salade verte. Normalement, tout être humain normalement constitué à ce stade serait rassasié. Mais , c'était sans compter sans le  régime Twiks/Ludo. Après nous être copieusement resservi en terrine, nous  vîmes arriver pommes de terre, cervelle de canut et saucisson à cuire. Le tout arrosé de Bourgueil, ce qui contribua au bonheur et l'hilarité générale. Vu le niveau des plaisanteries, on comprend pourquoi nous nous appelons les "Vieilles Blagues". Présentation du faux "nouveau" Pierre puisqu'il jouait l'an passé avec nos amis les "Old Black"de l'Ecole Véto.  Comme métier, Pierre s'occupe de la restauration dans un EHPAD... C'est un peu ce que nous vivons chaque vendredi soir chez les OB.  Et venant de Tarbes, il a un bel accent qui fleure bon le Sud Ouest .  Tarte aux poires en dessert pour atteindre les 1000 calories reprises. Il faudra bien tout ça car dredi prochain, match contre les "Quinquas" qui ont un pack lourd à bouger. 
BBSR

 

 

 

ENTRAINEMENT DU 22 SEPTEMBRE 2017

Premier jour de l'automne. Il fait encore beau et bon. Temps idéal pour retrouver les copains sur le pré. Arrivé  en retard à cause du TGV et excusé (ne pas tenir compte des précédentes remarques sur le retard aux entraînements !), bonne surprise de retrouver Coach Dan  aux manettes de l'entraînement. Dan, les plus anciens vous le diront, on préfère l'avoir comme coach qu'en face sur le terrain...
Football australien pour s'échauffer, puis lancement de jeu et petit match. Je voudrais revenir sur un mystère linguistique que m'inspire notre Maori préféré. Quand Taï part à l'attaque, on entend souvent :" Donne le Blond ! Donne le Blond !"Pas vu d'Aurélien Rougerie ou de Jean Pierre Rives dans les alentours. A moins que ce soit : "Donne la Blond' ! Donne la Blond'" et qu'il réclame déjà sa bière de la troisième mi-temps. Si quelqu'un a étudié les dialectes polynésiens ou l'Anglais des pubs , il est le bienvenu.
Pour fêter la naissance de sa fille, Panda nous régala d'un copieux apéro et d'un tajine. Et Anne-Cécile la maman vint nous présenter Aisslin. Mêmes nos rires bruyants et agricoles ne parvinrent pas à effrayer ou réveiller la petiote.  Remise du Cagolin au nouveau Mickael. "- Pourquoi ? - Parce que t'es nouveau !   - Ah bon , OK! ". Présentation de Fred, recruté par l'intermédiaire de Pep's. 
Fred était déjà venu nous visiter lors de l'accident de Pat et de son évacuation en hélico. Je ne sais pas ce que Pep's a raconté à Fred 
mais le baptême en hélicoptère n'est pas forcément compris avec les 140€ de licence. En tous cas, Fred gagna le silence et notre respect par son passé rugbystique comme ouvreur en Fédérale à Moulins notamment. "Fred", c'est le prénom des grands ouvreurs : 
Michalak, Vélo ...
Une petite réunion du Bureau avait eu lieu juste avant l'entraînement, histoire d'encadrer la dictature pandesque. Trésorier : Guillaume. Secrétaire : Pep's. Responsable des licences et des accouchements : Twiks. Responsable Fashion Style Collection Automne/Hiver, Printemps/Eté : Stef. Responsable Logistique/Repas/Repas des épouses/Changement des couches (bientôt !) : Lotus . 
Responsable Match/Shampoing anti-pelliculaire (en binôme avec Stef) : Rémi. Coach et Cocoach : Pat et Lorenzo. Responsable Voyages/Croisières/Hôtellerie : Lorenzo. Etant absent à la réunion, j'hérite de la Vice-Présidence et de la Communication (j'attends ma fiche de poste : le premier qui m'appelle Florian PHILIPPOT s'en prend une !).
Lorenzo nous concocte comme toujours un programme aux petits oignons pour le Tournoi UFAR à Clermont Ferrand samedi 11 novembre : 
- spa et récupération à Châtel Guyon 
- pélérinage à l'ASM pour voir le "bout de bois" Brennus (qui apparaît en Auvergne une fois tous les 7 ans ...) et la place de Jaude (rebaptisée Place des Martyrs, vu le nombre de finales perdues )
- baignade dans la piscine de Morgan PARRA, agrandie et chauffée pour l'occasion
- visite de la garçonnière de Giscard à Chamalières
- musée du Pneu ou de Vulcania
- retransmission du match France/All Black le soir (qui se charge de baillonner Taï ?)
et plein d'autres surprises chez nos amis les " Jaunards" .  
Inscrivez-vous vite !!!
La soirée se termina avec le "Fifi Car Show" sur le parking du stade. Après plus de 8 mois d'attente, Fifi a enfin reçu son nouveau joujou : une magnifique Peugeot 3008, couleur pain grillé et brûlé, avec toutes les options possibles. Il faut le voir faire le Kung Fu Panda à l'arrière de la voiture pour ouvrir ou fermer le coffre automatiquement ! Et ce n'est rien quand il vous montre fièrement l'hologramme du lion qui se projette  sur le côté du  trottoir... Je cherche encore l'utilité. 
BBSR

 

 

 

ENTRAINEMENT DU 15 SEPTEMBRE 2017

En raison de l'AG après l'entraînement,  rendez-vous à 19h au lieu de 19h30 aux vestiaires. On y reviendra...
Terrain impeccable...En vétéran des OB, j' ai rarement vu notre terrain en si bon état. Peu de trous, bien tondu, herbe bien verte et grasse. Après la canicule, l'absence d'été indien a fait du bien à notre chère pelouse...Temps idéal pour la transhumance et remettre les rugbymen au pré. 
Coach Pat nous prévient : " On a peu de temps... On va faire surtout du ludique". Le jour où il annoncera qu'on va faire du physique, cela rimera avec sadique. Pour commencer, parcours d'échauffement en duo : passes, puis croisées, passes au ras, ramassage de balle à terre et pour terminer passes de basket face à face en fléchissant le plus possible pour que ça brûle bien au niveau des cuisses. Ouf !
Une  fois, ça va, cinq fois , on n'a plus froid ! Etirement. Puis, jeu avec le ballon. Possibilité d' être hors jeu et de faire des passes devant. Un jeu pour Guillaume, quoi ! J'ai mis plus de 35 ans à apprendre ces foutus règles inventées par les British et maintenant open bar, on se place n'importe où!!!! Beaucoup d'entre nous (surtout les avants !) mirent un certain temps à changer de logiciel et comprendre ces bloody non-règles australiennes !!! Enfin, on s'amuse bien et on continue par un touch-rugby. A noter, la magnifique feinte de passe  de Taï sur votre serviteur et qu'un certain Michel Fine aurait appréciée. Bref, j'ai été enrhumé toute la semaine. 
Douche rapide et chaude et nous nous hâtons de remonter  au Club-House où nous attend déjà Président Panda, non moins remonté pour commencer l'AG. En guise d'introduction, remontée de bretelles d'el Presidente (on comprend maintenant pourquoi les dictateurs portent des barbes à la Fidel Castro ! ) à propos de l'arrivée tardive aux vestiaires. C'est vrai que le R de rugby est le même que celui de Respect des horaires et non celui de Retard... A bon entendeur. Bilan moral, financier et sportif avec un rappel du succès du tournoi UFAR organisé l'automne dernier.  De toute façon, pas de surprise puisque que je peux révéler maintenant  que le membres du Bureau avaient reçu  le compte rendu de l'AG  rédigé par Amin Panda avant qu'elle n'ait lieu...A comparer, la méthode des ordonnances de Macron est un summun de démocratie. Enfin, démission du Bureau et de Ceaucescu Panda. Puis, plébiscite à mains levées selon un score à la RDA pour la réélection de Honecker Panda !!! Nous profitâmes de ce moment de liesse obistique pour remettre à notre cher Etalon breuglien des cadeaux de la part des OB pour sa princesse Aislinn : une petite chaise et un gros chèque cadeau Toys'r us car il ne doit pas y avoir beaucoup de jouets pour petite fille dans le Donjon du Breuil. 
Merveilleuse salade de tomates et succulent poulet aux olives préparés par Fifi et Lionel, et gâteaux de la Maison Marcellin à St Symphorien le Lay, une valeur sûre ! 
Premiers dans les vestiaires (eux !), bienvenue aux  4 "petits nouveaux" (il fallut jeter un seau d'eau fraîche sur Fifi très excité de connaître leurs  orientations sexuelles ! ) : le souriant Thierry de Sourcieux les Mines (concurrent de Stef, ça promet !), venu déjà nous rendre visite en juillet, le maçon de Coach Pat  :  Gaël qu'on appellera "The Wall", le projeteur Mickaël ( si quelqu'un peut m'expliquer son métier, ça m'aiderait !) et Antoine, gérant de plusieurs Domino's pizzas (normal qu'il soit à l'heure, lui !). 
Les Old Blag's redeviennent un club international car outre l'arrivée l'an passé de Taï, le Maori de Lentilly, on se croirait bientôt dans un club du Top 14. Antoine est en effet de mère néo-zélandaise et de père français. Bon sang ne saurait mentir. 
BBSR

 

 

 

VENDREDI 24 MARS : ENTRAINEMENT CHEZ LES GROGNARDS


Ca y est !!! C'est le printemps !!! Il a bien plu la veille et dans la journée. Le terrain est idéal. 
Nous sommes 9 OB à rejoindre les Grognards à Ecully pour un entraînement commun. Georges l'Africain est présent et nous confirme connaître Taï , étant allé plusieurs fois dans son pub.  
Les projets de fusion n'étant que pour rire, il n'y a que de l'entente entre OB et Grognards et elle est plus que cordiale ! Au total, nous sommes presque une trentaine. Conditions parfaites pour un excellent entraînement. Comme à l'habitude, leur coach impose des tours de terrain sans s'arrêter,  avec pas chassés, fractionné sur longueur de terrain à 50%, 75%, 90% de notre vitesse maximale (j'ai eu peur  qu'il termine par un 100%, occis que j'étais !), largeur du terrain pour récupérer...Puis, assouplissement, gainage, pompes traditionnelles et "américaines". Malgré la température plus fraiche, nous suons à grosses gouttes. Comme déjà évoqué, nous sommes plusieurs OB  à remarquer qu'aucun Grognard ne rechigne à faire ces efforts. Bilan : meilleure condition physique, plus de lucidité et de soutien pendant les matchs,  joueurs bien échauffés donc pas de blessés à la fin de l'entraînement. CQFD.
Nous enchaînons par quelques vagues de passes, puis deux ateliers d"intelligence situationnelle". On peut faire ensuite un 14 contre 14  sur le terrain d'honneur de l'ARCOL. L'ambiance est bonne enfant, mais sérieuse ( et sans contestation des décisions de l'arbitre, les OB peuvent en prendre de la graine !!!)  et l'on assiste à de très balles phases de jeu. 3 essais à rien pour les Bariolés. C'est anecdotique. Vraiment, un immense plaisir à jouer tous ensemble ! Guillaume, tout honteux de son geste, me confie en catimini dans les vestiaires le Cagolin. Soi-disant parce que j'aurais loupé une passe à un ailier pour un essai tout fait... Sachez Môssieur le Gallois scandinave que recevoir le ballon pour moi n'est pas familier voire bien souvent fictif, que j'étais blessé au pouce depuis la semaine dernière d'où mon manque de dextérité (impossible d'envoyer des SMS)  et pas vraiment habitué à l'éclairage un peu éblouissant de ce terrain. Les masques tombent. Je constate avec amertume qu'il existe aussi  un "cabinet noir" chez les OB. La remise du Cagolin doit être soumise au suffrage universel et faite au grand jour, pas dans un vestiaire mal éclairé. J'exige une enquête indépendante. 
Dont acte.
Le fellonie ne s'arrêta pas là, puisqu'après quelques bières partagées, je constatai que j'étais le seul OB à rester dîner avec nos hôtes. 
Quelle impolitesse de la part des  OB !!! Heureusement, les Grognards ne m'en tinrent pas rigueur et je fus très bien accueilli. 
Après les salades de carottes et céleri en rémoulade (on doit avoir le même fournisseur !), un excellent chili con carné avec riz blanc préparé avec amour par David suivit, puis camembert et brioches pour finir.  Après des échanges  sur les équipes rencontrées mutuellement, je posai la question des  futures installations de l'ARCOL. Optimisme car le projet figure au mandat du maire.
Quand j'interrogeai sur  leur emplacement, je crus alors passé dans la quatrième dimension. S'en suivit une amusante polémique entre le Président Seb, je l'avoue timidement soutenu par votre serviteur,  et ses autres camarades sur l'emplacement du terrain où nous venions de jouer.  "Je te dis qu'il est juste derrière ce mur "  "Mais pas du tout, c'est le parking"... Avec tous ces bras tendus montrant des diagonales, on se serait cru à une triste réunion de SS dans une taverne bavaroise ( mouais, y a plus heureux comme image...). Etant donné qu'on était tous trop fatigués pour se lever et vérifier, le ton montait de plus en plus ... "Tu n'as aucun sens de l'orientation...Je comprends mieux pourquoi t'es toujours mal placé sur le terrain!!! Je te dis que le terrain est là ... juste derrière !!!! " " Mais , non , là, c'est la route, imbécile !!!" Au fond de moi, je me disais, inquiet,  qu'il y avait encore plus fous que les OB et discrètement, j'essayais de voir où était la sortie... Finalement, le Président Seb, énervé par tant d'ignorance et de mauvaise foi, fit l'énorme effort de se lever de table et alla voir où se trouvait le terrain, accompagné d'un témoin de la partie adverse. Le plus délirant, c'est qu'ils revinrent persuadés chacun d'avoir raison... Je n'en menais plus  large et commençais à me demander comment j'allais échapper en rampant sous la table  à la venue prochaine des infirmiers des urgences psychiatriques du Vinatier... La discussion dura plus d'une demi-heure. On sortit les smartphones pour vérifier sous Google Earth , on fit tourner les boussoles. Quelqu'un lança : " Y a qu'à demander au spationaute Thomas PESQUET  pour savoir où on se trouve !!!". On comprend mieux maintenant pourquoi les joueurs de rugby jouent avec un GPS dans le dos. C'est pour retrouver le chemin des vestiaires. Finalement, le mot GPS et carte routière nous amena à parler de la conduite accompagnée avec nos  chères compagnes à nos côtés et le consensus fut vite retrouvé. Ouf !!!
BBSR
Couché à 1h du matin , même heure qu'après les repas à la Tour, donc vous auriez pu avoir le plaisir de rester dîner (j'dis ça , j'dis rien !).  Dicton du week end  : " Chili con carne le vendredi, ma femme et mes caleçons ne disent pas merci ".

 

 

 

VENDREDI 17 MARS : UN MAORI CHEZ LES OLD BLAG's


 Température idéale pour pratiquer notre jeu préféré... Nous pouvons abandonner nos manches longues dans nos sacs et revêtir nos belles tenues d'été. Comme c'est la Saint Patrick, "Coach Patou" enfile  maillot et short du XV Irlandais. Il a fière allure.  Nous sommes une bonne douzaine sur le pré dont Taï -Marie PEPERE. Taï  habite Lentilly et son fils joue au foot (nobody's perferct !) avec Théo, le fils de Fifi. Il est Maori et a commencé le rugby à l'âge de 4 ans près d'Auckland. 
Passé du XV au XIII, il a joué comme professionnel au XIII Catalan à Perpignan (poste : pilier )  et a eu quelques capes en équipe de France de rugby à 13. Sauf erreur, sa femme est d'origine lyonnaise et il a tenu un pub à Lyon pendant quelques années. Bref, que des qualités sur son  CV!! Actuellement, il rénove des maisons qu'il reloue. Il nous dit ne pas avoir chaussé les crampons depuis 1999 et son premier défi est de trouver maillot et short à sa taille. Son deuxième défi est le souffle car " Coaches Lolo et Patou" ont décidé de ne faire que du physique ce soir...Après les traditionnels tours de chauffe et diagonales du Fou, le Vert Galant Patou nous a réservé une petite  surprise en apportant un ballon de foot !!!!... Oui, je sais, c'est violent comme surprise. Mais, de nos jours, il faut s'attendre à tout. Nous essayons tant bien que mal de dribbler ce foutu ballon rond déformé. Et le naturel revient vite au galop... Coups d'épaule,  placage sans ballon, grands coups de savatte n'importe où... On rigole bien. Panda, un peu moins peut-être , séché par un ballon reçu en pleine poire !!! Finalement, c'est assez physique et ludique à la fois. Mais, nous préférons quand  même l'Ovalie à la Rondolie !!!
Après quelques minutes de "touché 3 fois", on passe vite à un jeu à balles réelles. Nous comprenons vite que Taï, bien qu'essoufflé, est 
un Client  (mon pouce retourné s'en souvient encore !). Tenue de balle, placement, prise de l'intervalle...c'est la classe ! Et comme le confiera plus tard RV : "Avec un joueur pareil, cela nous pousse à hausser notre niveau de jeu !". A part ça, rien de nouveau chez les OB : 12 joueurs , 12 arbitres persuadés de mieux connaître les règles que le copain !!! Petite invective entre Lorenzo et Fifi sur la règle du hors-jeu bien vite calmée. La routine, quoi !
Après une douche régénératrice, nous retrouvons au Club House Chantal, la compagne de Patrick et Patricia ( "Bonne fête , Patricia !!!"), l'épouse de Denis. La présence féminine nous empêchera peut- être de danser nus sur la table comme chaque vendredi soir.
Comme c'est la Saint Patrick, le coach nous régale avec quelques cannettes de Guiness et un fût d'Affligem !!! Rémi a concocté une délicieuse salade aux lentilles ( sûr que depuis le "beurk", il a pris des cours de cuisine !) et Pep's a kidnappé une choucroute toute prête chez Auchan , ma foi , forte bonne . Après le fromage, nous terminons par de succulentes tartes aux fruits et praline apportées par Chantal. L'ambiance est comme toujours excellente. Taï , interrogé par Fifi, nous relate son parcours (cf plus haut ) et devra  lui répéter plusieurs fois qu'il aime sa femme...Nous avons tous bien préparé dans la semaine nos fiches de lecture sur les auteurs de la Pléiade et la revue de presse est fournie. Denis, en "sniper" de la blague, nous sort une fulgurance dont il a le secret, puis tel le crocodile ayant choppé l'antilope au bord de la rivière, retourne digérer au fond de ses pensées. Guillaume, pour l'ensemble de son oeuvre, mais surtout parce que le renégat ose porter la veille de France-Galles un magnifique maillot des "Diables Rouges" , reçoit , avec l'approbation générale, le Cagolin. Encore une fois, je me dis, que ces moments passés avec vous sont des vacances et qu'elles n'ont pas de prix. 
Tout aurait été parfait dans le meilleur des mondes, mais c'était avant le drame. 
Pendant que nous faisons la vaisselle, afin de mieux cerner cette foutue affaire de fusion entre le Stade Français et le Racing, quelqu'un regarda sur "You Tube" les propos du 14 mars du Président Jacky LORENZETTI en version non censurée : " Notre objectif est d' être plus fort à deux  (...) Laurent MARTY  a parfaitement réussi avec la fusion entre Bordeaux et Bègles, alors pourquoi pas imaginer une fusion entre Bayonne et Biarritz, Béziers et Narbonne  .... les Old Blag's et les Grognards de l'ARCOL.  " Silence dans la salle. 
On tenta de joindre le Président Panda déjà parti. Messagerie. Puis les  "chevelus" Seb et David des Grognards. Messagerie. 
Les 2 coachs furent pris à parti. Mais apparemment, Patou, aussi rouge que la colère, jura qu'il n'était au courant de rien. 
Quant à Lorenzo, recevant par "hasard", un appel d'Italie, s'éclipsa rapidement. On entendit quand même dans la conversation  téléphonique :  " liberato ... nuevo contracto... multo billeto ". Pendant que Twiks procurait les premiers soins à Lionel tombé en syncope, Guillaume n'arrêtait pas de répéter les yeux dans le vide : " C'est pas possible ... C'est pas possible". Notre "fashion victim" Steph demanda : " Et l'on connaît la couleur de nos futurs  nouveaux maillots ???? parce que j'ai lu dans Vogue Homme que le orange n'est  plus très tendance..." Franck proposa gentiment d'éditer une médaille commémorative  OB. Pep's, beaucoup plus revendicatif et hurlant en bon auvergnat qu'on ne pouvait pas balayer ainsi plus de 20 ans d'histoire Old Blag's déclara qu'il fallait un acte fort et proposa derechef une "Grève illimitée du saucisson !!! "... Plus sérieusement, je conseille à tous de regarder sur internet  l'émouvante  lettre ouverte  en vidéo de Raphaël POULAIN, ancien joueur du Stade Français et du Racing.
Cette semaine, je pleurais une deuxième fois en apprenant l'affaire du viol présumé de joueurs du FCG à Bordeaux. 
Ne soyons pas naïfs... les troisièmes mi-temps peuvent déraper. Certaines tables de chevet en Nouvelle Zélande peuvent témoigner...
Dopage... cocaïne... fusion...viol maintenant. Notre rugby part en couilles. Je pense à mon pote "Fred" Vélo, brillant ouvreur du FCG des années 90, aux "Mammouths" de la finale perdue, à Jean LIENARD qui doit se retourner dans sa tombe.. Comment des joueurs de rugby professionnels alors qu'ils viennent de perdre contre l'UBB et que leur club risque de descendre en Pro D2 peuvent avoir un tel comportement ? Aussi cons que le ballon et leur cerveau aussi rempli d'air. 
Samedi, je pleurais, cette fois-ci de joie, après la victoire des Bleus...

 

 

 

VENDREDI 17 MARS : UN MAORI CHEZ LES OLD BLAG's


 Température idéale pour pratiquer notre jeu préféré... Nous pouvons abandonner nos manches longues dans nos sacs et revêtir nos belles tenues d'été. Comme c'est la Saint Patrick, "Coach Patou" enfile  maillot et short du XV Irlandais. Il a fière allure.  Nous sommes une bonne douzaine sur le pré dont Taï -Marie PEPERE. Taï  habite Lentilly et son fils joue au foot (nobody's perferct !) avec Théo, le fils de Fifi. Il est Maori et a commencé le rugby à l'âge de 4 ans près d'Auckland. 
Passé du XV au XIII, il a joué comme professionnel au XIII Catalan à Perpignan (poste : pilier )  et a eu quelques capes en équipe de France de rugby à 13. Sauf erreur, sa femme est d'origine lyonnaise et il a tenu un pub à Lyon pendant quelques années. Bref, que des qualités sur son  CV!! Actuellement, il rénove des maisons qu'il reloue. Il nous dit ne pas avoir chaussé les crampons depuis 1999 et son premier défi est de trouver maillot et short à sa taille. Son deuxième défi est le souffle car " Coaches Lolo et Patou" ont décidé de ne faire que du physique ce soir...Après les traditionnels tours de chauffe et diagonales du Fou, le Vert Galant Patou nous a réservé une petite  surprise en apportant un ballon de foot !!!!... Oui, je sais, c'est violent comme surprise. Mais, de nos jours, il faut s'attendre à tout. Nous essayons tant bien que mal de dribbler ce foutu ballon rond déformé. Et le naturel revient vite au galop... Coups d'épaule,  placage sans ballon, grands coups de savatte n'importe où... On rigole bien. Panda, un peu moins peut-être , séché par un ballon reçu en pleine poire !!! Finalement, c'est assez physique et ludique à la fois. Mais, nous préférons quand  même l'Ovalie à la Rondolie !!!
Après quelques minutes de "touché 3 fois", on passe vite à un jeu à balles réelles. Nous comprenons vite que Taï, bien qu'essoufflé, est 
un Client  (mon pouce retourné s'en souvient encore !). Tenue de balle, placement, prise de l'intervalle...c'est la classe ! Et comme le confiera plus tard RV : "Avec un joueur pareil, cela nous pousse à hausser notre niveau de jeu !". A part ça, rien de nouveau chez les OB : 12 joueurs , 12 arbitres persuadés de mieux connaître les règles que le copain !!! Petite invective entre Lorenzo et Fifi sur la règle du hors-jeu bien vite calmée. La routine, quoi !
Après une douche régénératrice, nous retrouvons au Club House Chantal, la compagne de Patrick et Patricia ( "Bonne fête , Patricia !!!"), l'épouse de Denis. La présence féminine nous empêchera peut- être de danser nus sur la table comme chaque vendredi soir.
Comme c'est la Saint Patrick, le coach nous régale avec quelques cannettes de Guiness et un fût d'Affligem !!! Rémi a concocté une délicieuse salade aux lentilles ( sûr que depuis le "beurk", il a pris des cours de cuisine !) et Pep's a kidnappé une choucroute toute prête chez Auchan , ma foi , forte bonne . Après le fromage, nous terminons par de succulentes tartes aux fruits et praline apportées par Chantal. L'ambiance est comme toujours excellente. Taï , interrogé par Fifi, nous relate son parcours (cf plus haut ) et devra  lui répéter plusieurs fois qu'il aime sa femme...Nous avons tous bien préparé dans la semaine nos fiches de lecture sur les auteurs de la Pléiade et la revue de presse est fournie. Denis, en "sniper" de la blague, nous sort une fulgurance dont il a le secret, puis tel le crocodile ayant choppé l'antilope au bord de la rivière, retourne digérer au fond de ses pensées. Guillaume, pour l'ensemble de son oeuvre, mais surtout parce que le renégat ose porter la veille de France-Galles un magnifique maillot des "Diables Rouges" , reçoit , avec l'approbation générale, le Cagolin. Encore une fois, je me dis, que ces moments passés avec vous sont des vacances et qu'elles n'ont pas de prix. 
Tout aurait été parfait dans le meilleur des mondes, mais c'était avant le drame. 
Pendant que nous faisons la vaisselle, afin de mieux cerner cette foutue affaire de fusion entre le Stade Français et le Racing, quelqu'un regarda sur "You Tube" les propos du 14 mars du Président Jacky LORENZETTI en version non censurée : " Notre objectif est d' être plus fort à deux  (...) Laurent MARTY  a parfaitement réussi avec la fusion entre Bordeaux et Bègles, alors pourquoi pas imaginer une fusion entre Bayonne et Biarritz, Béziers et Narbonne  .... les Old Blag's et les Grognards de l'ARCOL.  " Silence dans la salle. 
On tenta de joindre le Président Panda déjà parti. Messagerie. Puis les  "chevelus" Seb et David des Grognards. Messagerie. 
Les 2 coachs furent pris à parti. Mais apparemment, Patou, aussi rouge que la colère, jura qu'il n'était au courant de rien. 
Quant à Lorenzo, recevant par "hasard", un appel d'Italie, s'éclipsa rapidement. On entendit quand même dans la conversation  téléphonique :  " liberato ... nuevo contracto... multo billeto ". Pendant que Twiks procurait les premiers soins à Lionel tombé en syncope, Guillaume n'arrêtait pas de répéter les yeux dans le vide : " C'est pas possible ... C'est pas possible". Notre "fashion victim" Steph demanda : " Et l'on connaît la couleur de nos futurs  nouveaux maillots ???? parce que j'ai lu dans Vogue Homme que le orange n'est  plus très tendance..." Franck proposa gentiment d'éditer une médaille commémorative  OB. Pep's, beaucoup plus revendicatif et hurlant en bon auvergnat qu'on ne pouvait pas balayer ainsi plus de 20 ans d'histoire Old Blag's déclara qu'il fallait un acte fort et proposa derechef une "Grève illimitée du saucisson !!! "... Plus sérieusement, je conseille à tous de regarder sur internet  l'émouvante  lettre ouverte  en vidéo de Raphaël POULAIN, ancien joueur du Stade Français et du Racing.
Cette semaine, je pleurais une deuxième fois en apprenant l'affaire du viol présumé de joueurs du FCG à Bordeaux. 
Ne soyons pas naïfs... les troisièmes mi-temps peuvent déraper. Certaines tables de chevet en Nouvelle Zélande peuvent témoigner...
Dopage... cocaïne... fusion...viol maintenant. Notre rugby part en couilles. Je pense à mon pote "Fred" Vélo, brillant ouvreur du FCG des années 90, aux "Mammouths" de la finale perdue, à Jean LIENARD qui doit se retourner dans sa tombe.. Comment des joueurs de rugby professionnels alors qu'ils viennent de perdre contre l'UBB et que leur club risque de descendre en Pro D2 peuvent avoir un tel comportement ? Aussi cons que le ballon et leur cerveau aussi rempli d'air. 
Samedi, je pleurais, cette fois-ci de joie, après la victoire des Bleus...

 

 

 

VENDREDI 10  MARS : UN JAPONAIS CHEZ LES OLD BLAG's

Il avait annoncé qu'il ferait beau et chaud. Ce sont donc 17 OB ragaillardis par la sève montante qui se donnèrent rendez-vous 
sur le pré reverdi. Il y avait donc du vert mais aussi du Jaune à l'entraînement  (aucune connotation raciste dans mes propos) puisque KAZU, accompagnée de sa dame, nous firent le plaisir de leur présence.  Kazuhiro, alias KAZU, est un joueur de l'équipe japonaise 
"PARIS JAPAN" venue il y a quelques années participer à notre Tournoi Rugby Loisir de mai. Bien beau souvenir par le nombre d'équipes participantes et le soleil radieux qui égaya cette journée ! Sauf erreur, KAZU, resté en contact avec Lionel et Fifi,  était déjà revenu participer à un entraînement OB .  Mais il me semble que ce n'était pas la même compagne... Certains me dirent que la nouvelle était une de ses élèves... Comment dit-on déjà "macronite" en japonais ? De toute façon, cela ne nous regarde pas !!! Et puis, avant que nos comptes-rendus soient traduits en kanjis, on aura résolu le problème du réacteur nucléaire de Fukoshima.  Alors, tant pis, si je risque de  briser le destin de deux familles par mes révélations.  Vous ne serez pas surpris si vous me retrouvez un jour décapité par un sabre de samouraï façon "Kill Bill"... N'empêche que je suis un admiratif d 'un mec qui  a fait près de 12 heures d'avion pour passer un peu de temps en France et qui prévoit de mettre dans sa valise son équipement complet de rugby pour 2 heures d'entraînement  à tout casser sur un terrain improbable !!! KAZU nous donna quelques nouvelles de notre ami Tommy qui vit également à Tokyo. Outre les difficultés d'échanger en Anglais ou Français avec KAZU, notre sport roi permit quand même  de se comprendre sur le terrain.
Nos deux coachs "Lolo et Patou" à ne pas confondre avec le duo "Lolo et Toto" du Racing  nous avaient préparé un petit programme sympa suivi d'un 9 contre 9 marqué par quelques percées de KAZU qui, j'ai trouvé, attaquait bien la ligne d'avantage.
Après la douche, nous retrouvâmes au Club House la "patiente geisha" toute heureuse de goûter à la légendaire gastronomie  française et à ses vins raffinés. A noter que nos invités de l'archipel nippon nous avait gentiment apporté une bouteille  de saké et quelques foulards ornés de kanjis. Nous prîmes  soin qu'ils ne manquent de rien et ne meurent pas de soif... Les charmants tourtereaux du Pays du Soleil Levant avaient réservé un nid douillet dans un hôtel à la Tour de Salvagny. Les mauvaises langues diront qu'ils sont partis bras dessus bras dessous, titubant un peu,   Direction ...la Tour du Pin !!! Mais cela ne nous regarde pas !!!
Tout se passa passé à merveille... avec une bonne omelette pomme de terre préparée sur place par notre chef Hervé ( quatre oeufs par convive , ça cale !  ). 
BBSR

 

 

 

ENTRAINEMENT DU VENDREDI 24 FEVRIER

Deuxième entraînement des vacances scolaires de février. Comme prévu, le noyau dur des OB présents fond comme neige au soleil...
et comme vous le savez , la neige, y'en a pas lourd cette année !!! Bonne idée donc de faire entraînement commun avec nos amis et voisins : les Grognards de l'ARCOL. 9 de leur côté  + 5 OB = 14 joueurs motivés. Petit Panda accompagne Papa Panda. Et notre cher Président nous annonce dans les vestiaires l'heureuse arrivée prochaine  d'une Petite Panda !!! Tout de suite, des mauvaises langues s'empressent de souligner que " c'est pas parce qu'à l échographie, on voit pas de zizi , que c'est forcément une fille !!!" Il est rappelé que ceux qui ont des problèmes peuvent se confier sur le groupe de paroles anonyme #MICROPENIS. 
Nous commençons par quelques tours de terrains d'échauffement, puis, comme nous sommes joueurs et que courir sans ballon nous motive guère, nous continuons par un "touché" puis "tenu". Puis, c'est là que Rémi nous proposa de faire travailler nos muscles (si ! si!) mais surtout nos neurones (si ! si! si !). Avants et arrières mélangés, l'exercice partait d'une touche ou d'une mêlée,  se poursuivait  par un groupé pénétrant en ayant pris soin d'éloigner rapidement  le ballon, et de partir ensuite  du côté le plus faible de l'adversaire. Hé bien, cet exercice pourtant basique demande beaucoup de concentration et d'"intelligence situationnelle" !!! Même les arrières, pourtant réputés plus malins que les avants qui portent leur QI au dos de leur maillot, reconnurent que cet atelier exigeait technique et réflexion. Je ne saurais mieux résumer que Françoise SAGAN qui disait ": Ce n'est pas parce qu'il est violent que j'aime le rugby, mais pas parce qu'il est intelligent".  Et moi, sur un terrain, mon QI n'a jamais dépassé le 8  ! !! En clair, on peut se rentrer dans la courge , mais intelligemment !!! Nous commencions à être bien chauds par ces "cocottes" répétées, mais les nombreux échanges et remarques de haute tenue rugbystique nous refroidirent bien vite  (c'est  fou comme un vétéran essoufflé trouve toujours l'énergie nécessaire pour faire fonctionner sa langue : on se serait cru aux "Tables rondes de l'Ovalie" de Saint Lary Soulan !!!). Une petite brise frisquette nous décida  de vite commencer  un 7 contre 7 sur 1/2 terrain. 
Les Rouges, constitués principalement de "gros", furent moins à l'aise sur ce jeu  où les espaces favorisaient les exploits individuels. En élèves studieux et "intelligents", ils mirent toutefois en application à plusieurs reprises l'exercice  précédent si longuement rabâché. A noter : aucun respect  pour son vieil entraîneur  de Petit Panda qui me déposa par un magnifique cadrage-débordement !!! C'est pas grave, le père paiera pour le fils ... La messe étant dite, nous retournâmes aux vestiaires,sans blessés, prendre une douche  bien chaude. 
L'apéro commença joyeusement avec bière en fûts. Pour le repas, notre Président Pandesque avait respecté le traditionnel régime " cent mille" : 100 calories perdues à peine sur le terrain pour 1000 calories engrangées à table !!! Salade mâche avec copa, viande des grisons, tranches de saucisson et gorgonzola en entrée. Puis une demi-saucisse de morteau avec quinze patates chacun,  accompagnée d'une délicieuse sauce au beurre, ça vous câle !!! Le tout arrosé de Buzet, Côtes du Rhône ou rouge ardéchois. Farandole de fromages et comme dessert des biscuits italiens aussi secs qu'un été en Sicile. Pour faire descendre le tout et respecter la règle d'au moins un  fruit par jour, limoncello bien frais !!! Je ne serai pas étonné qu'un jour  par l'intermédiaire de notre ami japonais  Tommy,  une équipe de sumitori nous contacte pour connaître le secret de nos recettes " cent mille". Enfin, pour plus de renseignements, venez visiter le stand OB au Salon de l'Agriculture Filière porcine et bovine. Et dire que Pim nous a "fuit"  à Toulouse pour prendre la gérance d'un magasin diététique "Nature House", no  comment !!!!

Evidemment, avec de telles agapes, la glace fondit rapidement  avec nos amis Grognards restés partager ce pantagruel repas. Une page historique fut tournée pour leur narrer la formidable aventure des "Old Blag's" depuis leur création il y a plus de 20 ans. Certains pensaient que le club n'existait que depuis 5 ans...Nous apprîmes qu'ils lisaient nos compte- rendus ( coucou , les copains !) sur le site web mais que l'accès aux Contacts n'est pas aisé ( ce qui laissa perplexe  notre webmaster....). Les "Divins Chauves " ( les  2 Steph, Rémi et David ) animèrent un colloque sur quel démêlant  et après shampoing utiliser après la douche. Les tendances de la prochaine collection printemps/été masculine ou comment porter le chech en cocktail dinatoire furent abordés... Comme d'habitude, rien que des sujets essentiels. A un moment, on parla même du dernier film de Guillaume Canet... C'est vous dire ! On se serait cru au "Masque et la Plume" sur France Inter le dimanche soir... Si Roger, Garba, La Fouine ou l'Ancien lisent cela, ils doivent penser qu' " on est devenu fous".  Heureusement, on parla quand même rugby et des chances du XV de France dans le Tournoi ... A minuit cinq, une jolie chanson pour fêter un joyeux anniversaire sur la messagerie du  portable de notre Doc Twiks. Encore un mystère dévoilé : Twiks, quand il n'est pas dredi soir au rugby, il dort, ou bien... ???
Bises fraternelles  pour finir la soirée avec nos amis Grognards et remerciements pour le bon moment partagé. Comme l'a si bien dit Jean Pierre RIVES : "Le rugby, peu importe l'âge auquel tu commences, tu te fais toujours des copains d'enfance. "
Une pensée pour Lotus et Thomas convalescents : revenez vite car on a mis en place des combines qui portent vos noms !!!
Dicton de ce dredi soir : "Pipi chargé avant d'aller se coucher, va falloir ce week end éliminer. Maman à 2h du matin réveillée, ce week end dans le jardin, va falloir travailler pour se faire pardonner."

 

 

 

Entrainement du 27 Janvier 2017 : Avec les Blacks

 

Dernier entraînement de janvier 2017. Rémi a eu la bonne idée d'inviter nos voisins et amis "Black" pour que nous continuions de nous amuser nombreux. Toujours aussi ponctuels, étudiants véto ou vétérans, la majorité d'entre eux arrive à l'entraînement avant le groupe des OB. Cherchez l'erreur ! Je vais commencer par  une humeur chaffouine ( et ce n'est que le début du compte rendu !). Si l'on peut toujours avancer le fait que les jeunes ont un emploi du temps moins chargé que nous et qu 'ils résident pour la plupart autour de  Marcy, comment expliquer que mêmes les "vieux"  Black, harassés tout comme nous d'obligations professionnelles et familiales,  arrivent au stade avant  la majorité d'entre nous ?  Question d'éducation, sûrement ! J'dis ça, j'dis rien... Mais, je voulais partager la légitime réflexion d'un nouveau OB sur nos retards. Faisons un effort. Toute l'équipe y gagnera.

Les températures étant de nouveau positives, nous mettons moins de couches et sommes  plus rapidement prêts. Le sol reste gelé en profondeur, mais le terrain est très correct. On verra par la suite qu'il est encore préférable de couvrir ses genoux  à cause du sable si l 'on ne veut pas ressembler à des petits garçons écorchés  dans la cour d'école ... Une bonne douzaine de "Black" ou plutôt de "Orange" car ils ont tous revêtus leur chasuble de la DDE nous attendent sur le pré. Avec Pierrot qui arrive et le Panda qui s'excuse de son absence , perdu qu'il est dans les bulles champenoises d' Epernay, nous sommes également une douzaine. Parfait !

Co-coach Lorenzo nous propose ses traditionnels 3 tours de terrain , puis ses "diagonales des fous" à rythme soutenu.  Je vais faire mon fayot. Mais depuis que les coachs commencent les entraînements par cet échauffement basique, nous nous blessons moins. Il faut rendre hommage à la patience  du "Bel Etalon Italien" (rassurez vous , je ne serai pas aussi suce-boules jusqu'au bout de ma bafouille !). Il est bien dommage que nous soyons si peu à courir à l'échauffement. Rappelez-vous des entrainements communs avec les Grognards et des tours de terrain imposé par leur coach Lucien. D'accord avec Lorenzo il Magnifico, si nous ne travaillons pas, comme nos comparses,  le physique, il ne faut pas s'étonner du résultat ensuite quand nous les affrontons ! Nos 20 ans sont bien loin et le foncier demande un investissement volontaire. Cette phrase m a été soufflée par un banquier ! En clair, c'est toute la différence entre "jouer au rugby pour garder la forme" et "garder la forme pour continuer de jouer au rugby" J'dis ça , j'dis rien...Après quelques étirements, nous travaillons une phase de jeu : un départ de mêlée, suivie d'un regroupement provoqué par le 1er centre, le 1/2 de mêlée lance ensuite 3 avants "plein fer" et la balle doit ensuite aller jusqu'à l'aile. C'est déjà pas facile à écrire, alors imaginez de le faire !!!!

Nous continuons par un petit match à "balles réelles" contre les Oranges sur 1/2 terrain. Olivier B passe 1/2 mêlée à l'orange ...et garde ses points !!! (oui, je sais, parfois, j'ai un côté Guigui et Fifi).

Appliqués , nous marquons rapidement 3 essais. Puis les Agrumes, vexés, passent à la vitesse supérieure et tiens, tiens !!! nous perdons notre souffle et notre lucidité.

Comme toujours, dans ces cas là, nous nous replions sur notre recette fructueuse : le maul et, ma foi, nous réalisons quelques beaux mouvements de groupés pénétrants .  Lotus découvre par deux fois les joies d'un nouveau jeu : le culbuto, face à un beau bébé qui le rafute sèchement. Tout le monde rigole bien. L'engagement est sérieux et sportivement nous ne sommes pas trop mauvais. Pep's, certainement revigoré par le bel article paru le jour même dans le Progrès sur son entreprise, est intraitable en défense et réalise de belles percées. Le cocoach est finalement satisfait  de son groupe. Je passerai rapidement sur l'épisode des douches froides qui, j'espère, seront réparées la semaine prochaine.

Nous regagnons notre Club House adoré dans une belle ambiance. Vu le froid,  pour nous rappeler le soleil du Sud, j'ai opté pour des produits et recette du Midi.

A l"apéro, cake aux olives, Picpoul de Pinet, Viognier/Chardonnay "Signature"  (promis, je vous en ramène quand je retourne dans l'Hérault), Rosé Syrah et ragoût de poulet aux olives et champignons "façon Mémé" ( je précise : il s'agit d'une recette de la grand'mère marseillannaise de ma femme). Mon camarade Julien nous a apporté des bonnes bouteilles  de Bourgogne rouge, salade mesclun et tartes au fromage en entrées. D'excellentes tartes au citron, poire chocolat, pomme frangipane terminent le repas. 5 Black nous ont fait le plaisir de rester manger  et assistent , incrédules, à nos discussions habituelles :  "modélisation et optimisation des accès mémoire concurrents dans les architectures parallèles à mémoire hiérarchique physique",  "à quel niveau la métaphysique de la rédemption de Simone WEIL a été influencé par son mysticisme ?"  ou encore " dans quelle mesure le post-romantisme de Baudelaire s'apparente à  l'esthétisme d'Oscar Wilde ? ". Evidemment , les meilleurs extraits de nos débats sont toujours postcastables sur France Culture.. Bref, tout aurait été parfait dans le meilleur des mondes, avant que ne survienne...l'AFFAIRE.

"Je voudrais vous dire que  je ne trouve pas de mots pour dire mon dégoût vis à vis du caractère abject de cette accusation. Je joue au rugby depuis plus de 30 ans et j'ai le cuir solide. J'aime ma balle, elle est merveilleuse et exceptionnelle ,  et quiconque voudra me casser me trouvera en face de lui".

Toute ressemblance avec des faits fictifs ou réels serait volontaire...De quelle accusation parle-t-on ?

Malheureusement, les assassins viennent souvent de votre propre camp. Profitant d'un temps mort, sournoisement et unilatéralement, Môssieur le soi-disant entraîneur bis adjoint , certainement vexé de l'avoir portée précédemment , sortit  la violette tenue  cagoline et me la jeta. Et pourquoi ?  Parce qu'à 1 m de l'en-but , je fus incapable de récupérer une balle lancée hasardeusement dans mes chaussettes par mon collègue cuistot Julien. Lors de l'action loupée, déjà les loups hurlaient " Cagolin ! Cagolin ! "... "Tu quoque, Mi Lorenzo !!!!"

Je pensais naïvement qu'il existait une solidarité parmi la communauté des avants ou parmi ceux fêtés le 10 août. Que nenni !!!! Aucune reconnaissance pour le 2ème ligne fort peu souple à la cinquantaine que je suis !!! Au secours, les Haget, Imbernon, Palmié, Estève, Spanghero, Pelous et consors !!! Au secours, les taiseux du maul, les gueules noires du ruck, les sans voix et parfois sans dents du pack, nous qui offrons nos côtes et nos oreilles (parfois la queue !) pour que les troisièmes lignes ou autres gazelles puissent briller ensuite !!! Nous qui  nous bouchons le nez, sans rien dire, quand notre pilier de devant  a gardé, le vendredi,  le slip qu'il portait déjà le lundi !!!! Nous qui passons notre temps pendant les match à faire l'essuie glace d'un bout de terrain à l'autre, parfois sans toucher le cuir (ou plutôt le Gilbert) !!! Nous qui péneleppons ( d'après Bernard Pivot , pénelopper : travailler avec discrétion) sans relâche et sans reconnaissance à la genèse d'un beau mouvement dont nous ne tirerons aucune gloire !!!! Alors, un peu d'indulgence quand par hasard la balle nous arrive dans nos mains calleuses de forçats de la mêlée !!!! De toute façon, comme le disait le célèbre Alain Lorieux, joueur international d'Aix les Bains : "Si t'as pas joué à ce poste, tu peux pas comprendre !!!   Alors, oui, Môssieur le ressortissant transalpin, aux méthodes des Chemises Noires mussoliniennes, je porterai dredi prochain, par devoir (comme toujours  !) le Cagolin , mais ne soyez pas étonné de recevoir mes doléances par écrit de Maître Tallent... ou Maître Lévy (si son emploi du temps des prochaines semaines le permet ...)

Comme je ne suis pas chien et comme demandé, je vous livre la recette familiale du "ragoût de mémé" pour vous remercier d'avoir lu cette bafouille jusque là. Et puis, vous faites partie de ma famille...Dans une cocotte, faire revenir les manchons de poulet (pas trop longtemps), ajouter ail émincé, oignons , bouquet garni (laurier/thym), purée de tomate, couvrir d'eau. Ajouter pommes de terre (coupées en morceaux), rondelles de carottes, olives vertes dénoyautées, champignons en boîte avec leur eau. Saler, poivrer. Laisser cuire amoureusement à feu doux.

BBSR

 

 

 

Entrainement du 13 Janvier 2017 : Avec les Grognards

 

Vendredi 13, il ne fallait pas être superstitieux pour se rendre à l’entrainement ce soir. Cela tombe bien, personne ne semble croire à ces conneries car nous étions 14 OB d’un côté et 17 Grognards de l’autre pour un entrainement commun qui s’annonçait particulièrement sympathique compte tenu du nombre de participant.

Petit point météo et terrain, il faisait moins froid que la semaine dernière, le terrain a eu le temps de dégeler et il est franchement sympa après la réfection.

Echauffement conduit par les coaches avec un peu de course et une petite série de gainages, pompes. Participation assidue des Grognards, moins chez nous sur les tours de terrain…Sans commentaires.

Profitant du nombre de joueurs présents sur le pré, nous avons ensuite attaqué avec du jeu dirigé, partant d’une mêlée, point de fixation du premier centre, sortie du ballon puis nouveau point de fixation avec les avants au ras pour écarter ensuite sur les ailes. Ça marche pas mal à l’entrainement mais je ne suis pas sûr qu’on puisse mettre en place ce type de combi quand on est dans le grand bordel du jeu.

Enfin petit match contre les Grognards et que dire ? Que peut-on retenir de positif sur notre prestation ? La défense peut être, on ne s’est pas échappé et on a plaqué. Pour le reste, catastrophe. On a défendu dans nos 22 pendant tout le match, On a toujours subi, on a été incapable de créer quoi que ce soit, la liaison avant ¾ dramatique, aucun soutien, mauvaise soirée et personnellement, je me suis emmerdé.

Félicitations aux Grognards, qui développent un jeu vraiment sympa, en alternant bien le jeu dans l’axe et en déployé. Ils nous sont bien rentrés dans la gueule avec le sourire et toujours dans l’esprit et ont dû, eux, passé une bonne soirée. Score final 3 ou 4 zéro mais cela n’a pas beaucoup d’importance.

Douche chaude puis direction les 3 Brasseurs où la bière et les spécialités du nord de la France nous aurons rapidement fait oublier la prestation sportive de la soirée. Fraternisation rapide avec la serveuse du soir, Virginie, grâce à nos spécialistes des ressources humaines. Elle aura supporté notre légèreté habituelle mais en contrepartie n’aura pas eu à se plaindre du pourboire laissé.

Quelques blagues Guillaumeque raconté par Fifi avec sa faconde habituelle, quelques franches rigolades puis nous regagnerons nos pénates. A part pour le sportif, une BBSR.

 

 

 

Entrainement du 6 Janvier 2017 :

"Et Pis ... Fanny !!!"

" Premier entraînement de l'année 2017 et premières températures négatives ...

moins 7 pour faire la rime !!!

Nous nous retrouvons presqu'une quinzaine d'OB , heureux de se revoir

pour fêter la nouvelle année... et peut être perdre quelques kilos après les récents excès.

Nous verrons par la suite  que ce point est loin d' être  gagné...

Très belle surprise de retrouver l'amico Costa accompagné de Thomas ! Grand retour également 

de Pierre ( on nous aura prévenu, la neige n'est pas loin !)

Afin de résister au froid, nous nous préparons longuement dans les vestiaires et accumulons les couches de vêtements  tels les oignons  avant de quitter le vestiaire.

Tels des cabris ennivrés par la chlorophylle de l'herbe du printemps, nous sommes joyeux de gambader à nouveau sur notre terrain réparé. L'herbe est encore timide, mais avec le dégel, ce sera fort correct. Lorenzo prend en charge l'entraînement foncier et nous enchaînons les tours de terrain, puis un peu de  fractionné. Il fait déjà moins froid ! Après un peu de gainage et assouplissements, Coach Patrick nous propose un traditionnel football australien. L'ambiance est récréative et il fait déjà plus chaud ! On continue par un petit match avec 3 avants pour les mêlées.  La première ligne Pierre, RV et Thomas a belle allure. Heureusement qu'on ne pousse plus les mêlées ! Quelques beaux mouvements  : la balle à l'aile, la vie est plus belle !!! Mais aussi une hotte d'en-avants aurait pu générer un jeu complet de Cagolins.

Petit message en passant : ce serait bien que l'on revoit les titulaires actuels des Cagolins, à moins qu'ils attendent de maigrir pour revêtir la belle tenue ! Bref, les plus indulgents diront qu'"avec les doigts gelés , c'est pas facile de rattraper le ballon ..." Mmouais... bonne rigolade quand même.  Vu l'état du terrain , on s'en tient à un tenu qui dégénère parfois en des placages appuyés. On  a presque chaud maintenant et avant que nous nous blessions, nous décidons de rentrer au bercail, sachant que ripailles et victuailles nous attendent.

Alors que Pierre et Fifi R1 transforment la douche en sauna, la plupart d'entre nous se hâtent vers le Club House,  comme  guidés par une Etoile qui transperce le brouillard glaçant. Tels les Rois Mages  en ce jour d'Epiphanie, Pep's Melchior nous a apporté pour l'apéro moult terrines et gratons,  le tout arrosé de Muscadet , Alligoté ou Bourgogne  Rouge. Twiks Gaspard nous a concocté un délicieux  poulet accompagné de pommes au four (cf photo ci-joint). Et le Marquis Pascal  Balthazar nous régale avec une bouteille de whisky. L'Esprit Saint Présidentiel, après un discours fort applaudi,  nous introduit au culte de la Bonne Bouffe avec foie gras, saumon et salade mesclun. Le Corbières ou Côte du Rhône Guigal coulent à flots. C'est le Paradis !!! Si j'avais envoyé des photos par SMS à ma femme de nos assiettes , je suis sûr que j'aurais eu droit à un cinglant : " Tu rentres tout de suite !!!"

Même les Archanges Michel l'Ancien et Michel le Chantre sont venus participer , émus, à ce repas de fête et échanger sur la Divine Passe. La crêche serait presque complète s'il ne manquait une Immaculée Présence Féminine (cela aurait relever le niveau !).  Et je suis sûr que parmi les charcuteries,   le Petit  Jésus s'était glissé ,  discret et bienveillant (mais ça c'est une autre histoire !). Et l'Ane et le Bœuf , me direz-vous ? Rassurez -vous , vu les bêtises et lourdeurs qui furent dites , il ne manquait pas de représentants  de la race équine et bovine autour de la table ce soir-là. Alleluia !!!

Bien entendu, les traditionnelles gâlettes à la frangipane terminèrent ce festin de Roi. J'eus la chance de gagner la fêve et comme cette joyeuse réunion était placée sous le signe de la poésie et du fin esprit , j'entendis ;  " Ouais... c'est quand qu'on tire les reines !!!! Wouaf  ! Wouaf,! Wouaf  ! ". La décence et Amnesty International m'interdissent de relater la malheureuse  blague à Guillaume. Et dire qu'il s'entraine avec Fifi, surtout ne les encourageons !!! Après que les secours aient évacués les apoplexiés et les pendus ( c'est quand même affligeant d'entendre de tels propos !), je voudrais terminer sur le "POMS" (Pierrot One Man Show). Alors que Pierrot , apparemment très documenté (les mauvaises langues diront qu'il a le temps !) commença par un brillant exposé sur le Revenu Universel , je me demande encore à quel moment tout a dérapé et comment on est arrivé à la fréquence des rapports intimes avec les Africaines et la longueur du sexe au repos de Lorenzo. Michel FINE qui, au début du discours politique et macroéconomique, se demandait dans quel piège il était tombé et  où était la sortie, fut rassuré. On continuait de parler de cul aux repas des OB. Mais il faut quand même reconnaître que c'est assez récurrent quand Pierrot nous honore de sa présence. Enfin, en cette période  de bonnes résolutions, le Globe Trotter du Sexe  repartit avec sa ration annuelle de légumes verts ( Cf photo ci-jointe).

TBSSR !! ET PIS ... FANNY !!! VIVEMENT DREDI PROCHAIN !!

 

 

Archives :

Retour sur ces longues et heureuses années.